Le Blog du vieux

La technique de l'oignon

Partager :

Brrr… 7h du matin, vous partez au travail, ça caille ! 12h pause déjeuner, ce n’est plus la même, vous transpirez sous vos 3 couches de coton trempés et vous ne savez pas quoi faire de votre pull qui ne rentre pas dans votre sac. Aaah ! C’est la mi-saison, c'est beau, mais « on ne sait jamais comment s’habiller » !

On se calme (voir notre article sur les différentes types de yoga). Au Vieux Campeur est là pour vous donner quelques conseils « aux petits oignons » afin d’éviter d’avoir froid le matin, chaud le midi et votre garde-robe dans votre sac le soir parce qu’il fait 30 degrés dans le métro ! Sachez que ce qui fonctionne pour la mi-saison s’adaptera aussi pour l’hiver, afin de mieux gérer les chauds-froids/dedans-dehors, mais aussi pour les sports alliant phases d’endurance et d’effort hétérogènes (ski de rando, vélo, trail…)

1- La première couche, celle que vous ne pèlerez jamais !

On oublie le coton et le synthétique. Le coton une fois mouillée n’apporte plus aucune chaleur, pire il tient froid. Le synthétique résout ce problème mais bonjour les odeurs (et pas d’oignon) … La solution en première couche, à même le corps, c’est le tee-shirt en laine de mérinos ! Pourquoi ? Car la laine de mérinos est thermorégulatrice, confortable et antibactérienne et puis vous pourrez l’adapter selon la saison : à manches courtes ou à manches longues. Vous aurez aussi le choix de la densité entre 100 et 300 g/m², généralement, plus elle est grande plus le vêtement est dense et donc isolant. Suivez le lien : on vous dit tout sur le mérinos !

2- La deuxième couche, celle que vous pouvez peler mais que vous n’aurez pas toujours !

En deuxième couche vous avez le choix : micro polaire, polaire à poils longs, veste ou pull en mérinos, chemise en mohair… C’est un choix esthétique avant tout pour la ville et technique et pratique pour le sport. Nous avons le choix pour l’un et l’autre : des vêtements de détente et de loisir lifestyle et des vêtements techniques pour les sports actifs. Cette couche intermédiaire est nécessaire quand les températures sont vraiment froides, donc plutôt en hiver qu’à la mi-saison.

3- La troisième couche, celle que vous pouvez peler et depeler comme vous voulez !

Cette couche, c’est LA SOLUTION pour gérer les écarts de température. Vous en entendez parler de partout, même en prêt à porter : la micro-doudoune. Elle se décline à manches longues pour les plus frileux ou sans manches pour la mi-saison ou une utilisation plus active ! Son rôle : vous tenir au chaud sans tenir de place ! Le duvet ou les dernières ouates synthétiques vous apporte une chaleur réconfortante pour quelques grammes seulement. Résultat : vous avez chaud sans être engoncé dans vos vêtements. En plus dans votre sac, grâce à la compressibilité du garnissage, ça ne pèse rien et ne tient pas de place !

4- La quatrième et dernière couche, celle qui vous protège du monde extérieur !

Votre rempart contre les éléments : vent, pluie et neige, rien ne lui résiste ! Il s’agit de votre veste Gore-Tex, de votre parka, de votre blouson ou encore de votre bombers. Vous le choisissez en fonction de vos besoins (villes ou montagnes) et de ses caractéristiques techniques et esthétiques (bah oui ça compte aussi !). Cette couche doit aussi être respirante pour ne pas gâcher le travail fait sur les couches inférieures.

5- Les couches superficielles

En cas de grand froid n’oubliez pas vos extrémités : pieds, mains et têtes. De bonnes chaussettes, des gants et un bonnet feront la différence pour ne pas laisser votre chaleur vous échapper !

Pour le reste, les goûts et les couleurs, ce n’est pas nos oignons… enfin… on a forcément ce qu’il vous faut chez nous !


Plus d'articles : "Conseils pratiques"

Comment s'alimenter par – 30 ° C ? Partie 2.

L'alimentation a occupé une place cruciale pendant ces 30 journées de marche en milieu polaire. C'est même ce paramètre qui rythmait nos journées. Imaginez-vous dix heures de marche par jour, 90kg de charge, par -30°C dans un paysage d'infini blanc sans aucune stimulation extérieure. Les pauses repas ou collations représentent alors non seulement une interruption dans la monotonie de la progression, mais également l'un des rares plaisirs de la journée

Comment s'alimenter par – 30 ° C ? Partie 1.

Seulement dix équipages par an tentent de traverser le Groenland d'ouest en est. Le long du cercle polaire, les conditions sont extrêmes et les points de ravitaillement inexistants. Dans un tel environnement, pour continuer d'avancer, l'alimentation joue un rôle déterminant. En Mai 2018, les 5 apprentis aventuriers de la team Engagés partent à l'assaut de ce tracé pour leur toute première expédition polaire. Retour sur leur gestion de l'alimentation dans ces conditions extrêmes...
Top