Haut

Un petit coup de main pour bien choisir votre équipement de triathlon ?

Bien choisir ses équipements de triathlon :tout savoir sur cette discipline exigeante

Comme vous le savez, le triathlon allie successivement trois disciplines :
la nage en eau libre, le vélo et la course à pied.

Trois sports en un, trois fois plus d’efforts, d’entraînements… et de plaisir aussi.
Le triathlon relève d’une réelle passion et d’un constant dépassement de soi : chaque élément de
l’équipement du triathlète est donc pensé pour lui faire gagner quelques secondes au chrono…
D’où l’importance de bien choisir des équipements spécifiques au triathlon,
pour les compétitions évidemment, où tout est très réglementé,
mais aussi lors des entraînements.


Entraînements et compétitions :deux équipements de triathlon bien distincts

En compétition ou en course officielle,

alors que le matériel de natation est règlementaire pour la pratique du tri, les équipements de vélo et course à pied sont, quant à eux, libres.

Néanmoins, nous vous conseillons évidemment l’acquisition d’une combinaison trifonction afin de ne pas perdre de temps lors des transitions d’une discipline à l’autre, surtout si votre but est de battre votre chrono pour faire une meilleure performance que la fois précédente.

En entraînement, le matériel de natation est libre :

pull kicks, pull buoys, plaquettes et planches, palmes de natation… utilisez tout ce qui peut vous aider à améliorer efficacement votre nage afin de ne pas vous épuiser dans cette épreuve. Pour la course à pied et le vélo, choisissez des vêtements légers et respirants pour éviter toute sensation de surchauffe du corps : maillots et cuissards de vélo, t-shirts et collants de running : un immense choix de vêtements pour le triathlon vous attend.


Choisir son équipement de triathlonen fonction de sa pratique

Le nombre croissant des épreuves organisées un peu partout et la diversité des formats permettent aujourd’hui à beaucoup d’athlètes, amateurs ou aguerris, de pratiquer le triathlon, quel que soit leur âge et leur niveau.

Mais nager 400 mètres ou 4 kms ne nécessite pas du tout la même combinaison…

Bref, pour choisir le type d’équipement qu’il vous faut, commencez par cibler votre niveau :

Récapitulatif des différents formats de course :

Ne reste plus (si l’on peut dire) qu’à choisir votre équipement,
en pensant à chacune des épreuves qui composent le triathlon.

Voici le programme que nous vous proposons :

1 L’équipement
pour nager en eau libre

La combinaison de triathlon néoprène :
Vous saurez tout sur les caractéristiques de la combinaison de triathlon indispensable pour nager en eau froide, les critères pour bien la choisir selon votre pratique, votre morphologie, et quelques conseils pour que l’essayage, indispensable, ne se transforme pas en une épreuve supplémentaire…

La combinaison trifonction :
là encore, des infos concrètes et utiles sur les caractéristiques de la trifonction, ainsi que les avantages et les inconvénients des monopièces et des deux pièces pour vous aider à choisir ce qu’il vous faut.


2 L’équipement pour le vélo

Un petit point sur l’équipement nécessaire
(spécifique ou pas) pour l’épreuve de vélo en triathlon et ce que vous pourrez trouver Au Vieux Campeur.

Des conseils pour choisir votre casque de vélo

Quelle trifonction choisir ? Monopièce ou singlet ?


3 L’équipement pour la course à pied

Là encore, faut-il un équipement spécifique
pour courir en triathlon ?
Eh oui, on va reparler de l’indispensable trifonction…

Côté chaussures quelles runnings choisir et surtout comment les choisir ?

Question subsidiaire : avec ou sans chaussettes ?
Vous ferez comme bon vous semble, nous vous donnons juste notre avis…


picture

4 Les équipements complémentaires

Que l’on ne peut vraiment pas qualifier d’accessoires…
Lunettes de soleil, porte-dossard et montres de sport.




Top départ !


La première épreuve du triathlon :la nage en eau libre

En triathlon, l’épreuve de la nage en eau libre est redoutée par beaucoup de participants.

Cela se comprend : on est souvent plus à l’aise dans une piscine que dans un lac, par exemple. De plus la nage en eau libre du triathlon se fait groupée, tous les participants nageant en même temps : pas toujours facile de tirer son épingle du jeu.

Un bon équipement n’aplanit pas toutes les difficultés mais, s’il est bien adapté à votre niveau, il peut du moins vous aider à les surmonter et même à améliorer vos performances.

En compétition, l’équipement de natation nécessaire et autorisé comprend :
une combinaison de triathlon, une trifonction, un bonnet de bain (souvent fourni)
et des lunettes de natation. Passons-les en revue.


Les spécificitésd’une combinaison de triathlon

La combinaison de triathlon est en fait une combinaison néoprène, équipée de panneaux de flottabilité.
Elle est autorisée lorsque la température de l’eau est inférieure à 24°.

Ses fonctions ?La protection thermique :dans l’eau, le corps a tendance à se refroidir plus rapidement et l’on perd ainsi rapidement des calories. La combinaison néoprène est d’ailleurs obligatoire pour nager dans une eau inférieure à 16°.

L’aide à la nage : grâce à ses épaisseurs différentes selon les endroits du corps (à noter que l’épaisseur ne doit pas dépasser 5mm), la combinaison vous assure une bonne stabilité horizontale dans l’eau, ce qui diminue votre effort de nage en maintenant votre corps à la surface. De plus, la couche extérieure de la combinaison néoprène diminue la résistance à l’eau ce qui améliore votre glisse, donc votre vitesse.

Pour bien choisir sa combinaison de triathlon,
plusieurs critères sont à prendre en compte :

Le format du triathlon et votre niveau de nage.

L’épaisseur et la construction de la combinaison néoprène.

Votre morphologie et le taillant de la combinaison de triathlon.


Format de triathlon et niveau de nage : deux critères étroitement liés

Le format de votre triathlon en dit long sur votre niveau de nage :
en effet, une nageuse ou un nageur débutant préfèrera une longue distance à vélo
et course à pied qu’en nage. Dans cette logique, nous partons du principe qu’un nageur novice
ne participera pas à un triathlon XL avec 4 kms de nage.

Ainsi, toutes nos combinaisons
sont notées selon 3 niveaux de thermicité :

Le rouge

Combinaison épaisse (5 mm) à fort apport
thermique, pour des longues distances ou
dans des eaux extrêment froides.

Le vert

Combinaison (3 mm) à apport thermique
normal, pour des moyennes à longues
distances.

Le bleu

Combinaison (<3 mm) à faible apport
thermique, à utiliser pour des très courtes
distances.


Anatomie d’une combinaison
de triathlon :

L’épaisseur du néoprène : pour le triathlon elle varie entre 3 et 5 mm, ce qui, en général définit son utilisation : plus la combinaison est fine (<3 mm), moins elle est efficace thermiquement.
En revanche, elle permet une grande liberté de mouvement au nageur.
À l’inverse, une combinaison très thermique (5mm) est épaisse, lourde mais protège efficacement du froid.

Les cavités d’air : une combinaison de triathlon comporte des cavités d’air plus ou moins nombreuses (noté #39 = 39 cells, donc 39 cavités d’air, par exemple). Il est important de signaler que plus le nombre de cavités d’air est élevé, moins le néoprène est dense. Ce qui augmente sa souplesse et diminue sa « flottabilité ». Enfin, certaines combinaisons épaisses possèdent des parties stretch, notamment au niveau de la cage thoracique pour vous permettre une bonne respiration malgré une combinaison très thermique.

Les aides à la nage : panneaux flottants, coupe et empiècements pour augmenter la liberté de mouvement, inserts glissants sur l’eau, encolure semi-étanche… autant de critères à prendre en compte dans le choix de votre combinaison de triathlon.

En résumé

À l’inverse des combinaisons de plongée, les combinaisons de nage en eau libre sont travaillées de manière à concilier une bonne protection thermique et leur confort d’utilisation. Elles y parviennent en optimisant leur fabrication selon les zones du corps :

Une bonne protection thermique au niveau des organes vitaux pour les protéger efficacement et limiter la dépense énergétique.

Un néoprène plus fin au niveau des aisselles et des épaules pour garantir au nageur une grande liberté de mouvement.

Les panneaux flottants, quant à eux, sont présents au niveau de la ceinture abdos-fessiers et des jambes afin de maintenir ces parties du corps à l’horizontale de la ligne d’eau, sans trop d’efforts. Certaines combinaisons ne possèdent pas de panneaux flottants, elles peuvent être destinées à deux types de nageurs bien distincts : soit les excellents nageurs qui souhaitent une totale liberté de mouvement, soit les nageurs débutants à intermédiaires qui pratiquent de petits triathlons et ne souhaitent pas investir dans une combinaison de triathlon trop technique.


Le taillant de la combinaison et votre morphologie trouvez le compromis parfait

La combinaison de triathlon doit être pour vous, comme une véritable seconde peau afin d’être pleinement efficace. Plaquée et faisant corps avec vous, il ne faut cependant pas qu’elle vous comprime trop et vous empêche de respirer. Un mince filet d’eau rentrera dans la combinaison et se réchauffera au contact de votre corps. C’est pourquoi, à l’essayage, une combinaison doit être très ajustée afin de ne pas créer de poches d’air qui se rempliront vite d’eau. Il est essentiel de conserver une bonne aisance gestuelle dans votre combi, notamment dans les mouvements de nage.

Zoot, Orca, Aquasphere ou Zerod, à chaque marque son taillant et son profil de nageur idéal. Même si chaque marque peut convenir à tous les profils de pratiquants grâce à un large choix de tailles et de demi-tailles, nous restons convaincus que certaines marques sont plus adaptées à certains profils de nageurs.

Pour les triathlètes à épaules larges : la marque Zoot propose des combinaisons convenant parfaitement bien, tout en dégageant convenablement le cou (important pour nager en regardant où on va).

Pour les gabarits plus fins : les combinaisons très préformées Orca sont bien adaptées, elles peuvent être oppressantes pour des gabarits un peu costauds.

La gamme de combinaisons Aquasphere est moins « dessinée » : la grande élasticité de leurs combis peut convenir à tous les gabarits.

La marque Zerod, enfin, taille « petit » et s’ajustera, par sa conception, parfaitement aux triathlètes de petits gabarits.

LE CHOIX DU “VIEUX”
SHORTY SWIM RUN WETSUIT START - ZEROD

ZEROD

SHORTY SWIM RUN WETSUIT START

À partir de 239€00 
LE CHOIX DU “VIEUX”
COMBINAISON DE TRIATHLON ATLANTE HOMME - ZEROD

ZEROD

COMBINAISON DE TRIATHLON ATLANTE HOMME

À partir de 309€00 
LE CHOIX DU “VIEUX”
COMBINAISON DE TRIATHLON S7 FEMME - ORCA

ORCA

COMBINAISON DE TRIATHLON S7 FEMME

À partir de 189€00 

Le conseil du Vieux :Plus une combi est préformée, plus elle conviendra à une morphologie particulière et plus elle sera à même d’être une bonne seconde peau. Le choix de votre combinaison de triathlon doit aussi être motivé par votre fréquence d’usage et votre budget.


L’essayage de votre combinaison de tri :
un moment crucial dans votre choix

Pour celles et ceux qui n’en n’ont jamais essayé, enfiler sa combinaison de triathlon n’est pas qu’une partie de plaisir…
Il faut parvenir à se glisser dedans tout en faisant attention à ne pas abîmer le néoprène. En attendant, Au Vieux Campeur vous donne quelques conseils pour mettre en place votre combinaison correctement, du premier coup, en douceur.
Enfilez des gants de soie (ou en coton, parfois fournis) : dans un premier temps, le but est de glisser facilement vos mains dans les manches de la combinaison. Porter des gants vous permet aussi de manipuler votre combinaison néoprène sans risquer de l’accrocher avec vos ongles. Vous pouvez aussi, pour bien glisser dans la combi, enfiler des sacs plastiques à vos pieds. Peu élégant mais très pratique.
Retournez en partie la combinaison (jusqu’à mi mollets) de manière à la manipuler uniquement par l’intérieur. On ne tire jamais sur l’extérieur de sa combi au risque de la déchirer. Le tissu intérieur de la combinaison de tri est beaucoup plus résistant et ne craindra pas d’être agrippé ou en contact des ongles.
Enfilez un pied puis l’autre dans votre combi et placez les extrémités de la combi 5 à 10 cm au-dessus de vos chevilles. Si nécessaire, on pourra redescendre la combi plus tard voire couper ce qui est trop long. Cela vous permettra aussi de garder de l’aisance à l’entrejambe.
C’est là qu’il faut remonter la combinaison par l’intérieur, hissez-là jusqu’à l’entrejambe, doucement, sans faire de plis. Courage, vous en êtes à la moitié… le plus dur est fait, le haut du corps est plus rapide à enfiler.
Remontez la combi jusqu’à la moitié du torse et retournez les manches aux ¾ comme vous l’avez fait pour les jambes. N’hésitez pas à utiliser vos sacs plastiques pour glisser dans la combi (vous en voyez maintenant tout l’intérêt). Enfilez vos mains l’une après l’autre et remontez la combi à 5 ou 10 cm au-dessus des poignets. Cela vous permettra de garder de l’aisance aux épaules et au col.
Remontez toujours la combinaison par l’intérieur jusqu’à l’enfilage complet.
Faites-vous, si possible, aider pour monter le zip de votre combinaison ; facile à enlever soi-même, il n’est pas toujours évident de fermer seul(e) sa combinaison de triathlon.
On y est ! N’hésitez pas à faire quelques mouvements de nage et accroupissements pour juger votre confort. Et pas d’inquiétude si la combinaison peut paraitre très ajustée à l’essayage, rappelez-vous qu’un mince filet d’eau entrera dès que vous serez dans l’eau et que le néoprène ne sera plus autant collé à votre peau. Enfin vous pourrez respirer ! Si une combinaison est trop facile à enfiler en magasin c’est qu’elle deviendra trop grande dans l’eau.


Le conseil du Vieux :En pratique, pensez toujours à fermer le scratch en haut de votre combinaison pour protéger votre fermeture éclair. Il n’est pas rare, pendant l’épreuve de la nage en eau libre, que les participants s’agrippent les uns aux autres : il ne faudrait pas qu’ils puissent ouvrir votre combinaison.


La trifonction :la combinaison multiusage pour le triathlète

Nous l’avons vu, la combinaison de triathlon est autorisée pour
une eau inférieure à 24°C. Mais quel équipement de triathlon choisir
lorsque l’eau est plus chaude ?

La solution : une combinaison trifonction !
Une trifonction est une combinaison ou un ensemble en tissu anti-uv, légère et à séchage rapide, qui vous permet de nager, faire du vélo et courir dans une seule et même tenue. Il est en fait vivement conseillé de porter systèmatiquement
une trifonction quelle que soit la température de l’eau :
Elle vous évite d’avoir à changer complètement de tenue dans les transitions entre deux épreuves du triathlon, ce qui vous fait gagner un temps considérable : imaginez qu’il vous faille sortir de l’eau, enlever votre combi de tri, enfiler votre maillot et votre cuissard de vélo, puis vous changer de nouveau pour enfiler vos vêtements de course à pied… vous risquez de passer plus de temps à vous habiller-déshabiller qu’à concourir !
De plus, la trifonction peut également être glissée sous la combinaison de triathlon lorsque cette dernière est autorisée.
Conçues avec des matières hydrophobes, les trifonctions glissent dans l’eau pendant l’épreuve de nage en eau libre. Elles sont équipées d’une fine peau de chamois, confortable pour le vélo mais non gênante pour la course à pied. De plus, les trifonctions sont composées de mesh respirant, notamment au niveau du dos, des flans et des cuisses, qui a l’avantage de sècher très rapidement.
À porter très près du corps, les trifonctions existent sous deux formes : entre monopièce ou ensemble deux pièces (singlet + cuissard), que choisir ?


Les combinaisons trifonctions monopièces : pour qui et pourquoi ?

Les trifonctions constituées d’une seule pièce sont, de préférence, destinées aux triathlons de courtes distances, disons des triathlons XS à M. Elles assurent une protection thermique et une protection UV efficace étant donné que vous ne risquez pas de vous retrouver le « dos à l’air ».

Avantages : tient bien en place tout au long des épreuves, propose plus de poches.

Inconvénients : le haut doit totalement s’enlever pour les besoins naturels, difficile de trouver la taille idéale selon le gabarit.

VOIR TOUS LES PRODUITS

LE CHOIX DU “VIEUX”
TRIFONCTION ENFANT RACESUIT KIDS - ORCA

ORCA

TRIFONCTION ENFANT RACESUIT KIDS

66€00 
LE CHOIX DU “VIEUX”
COMBINAISON TRIFONCTION DE TRIATHLON PERFORM FULL - 2XU

2XU

COMBINAISON TRIFONCTION DE TRIATHLON PERFORM FULL

À partir de 159€00 
LE CHOIX DU “VIEUX”
COMBINAISON TRIFONCTION DE TRIATHLON PERFORM FRONT - 2XU

2XU

COMBINAISON TRIFONCTION DE TRIATHLON PERFORM FRONT

À partir de 152€00 

Les trifonctions deux pièces : singlets et cuissards

Pour les triathlons grands formats, vous pouvez opter pour les ensembles singlets et cuissards, dans des matières très proches des combinaisons trifonctions. Adaptés à absolument tous les formats de tri, les ensembles 2 pièces permettent une utilisation plus polyvalente de votre tenue de triathlon. Grâce à l’ensemble cuissard et singlet, vous pouvez, sous votre combinaison de tri, ne porter que le cuissard et garder votre singlet au sec pour les épreuves suivantes. Enfin, pour celles et ceux qui ont besoin de tailles différentes en haut et en bas, c’est bien plus pratique.

Avantages : plus respirant, plus facile à moduler (si on veut changer de haut par exemple).

Inconvénients : risque de coups de soleil dans le bas du dos à vélo, tient moins bien en place, moins de poches.

VOIR TOUS LES PRODUITS

LE CHOIX DU “VIEUX”
CUISSARD TRAIL CSX M - BV SPORT

BV SPORT

CUISSARD TRAIL CSX M

À partir de 62€00 

Quel est matériel de natationobligatoire pour la pratique du triathlon ?

En triathlon, le seul matériel de natation requis est une paire de lunettes de
natation
traditionnelle. Le bonnet de bain, quant à lui est presque toujours
fourni par l’organisateur. En effet, pour la partie nage, votre bonnet sert de
dossard, c’est lui qui porte votre numéro de participant. Si l’eau est très
froide ou simplement par confort, vous pouvez toujours porter votre propre
bonnet de bain sous le bonnet de la course.


Les lunettes de natation :
ce qu’il faut éviter et ce qu’il faut savoir

Évitez les lunettes dites suédoises qui sont posées directement sur le contour de l’œil, souvent sans caoutchouc, qui peuvent facilement glisser, s’arracher : vous nagez en peloton, vous n’êtes pas à l’abri d’une bousculade. Ce type de lunettes de natation est réservée à la nage en couloir en piscine mais est inapproprié au triathlon.

Préférez les lunettes de natation très profilées, très proches des lunettes suédoises mais plus protectrices grâce à des caoutchoucs de protection. Des lunettes de natation avec un double élastique en silicone pour un meilleur maintien peuvent être utiles.

Vous nagerez toujours en extérieur, il est donc vivement conseillé de choisir des lunettes de piscine avec verres miroirs. Elles permettront de protéger vos yeux des rayons UV tout en évitant l’éblouissement dû aux reflets sur l’eau.

VOIR TOUS LES PRODUITS

LE CHOIX DU “VIEUX”
LUNETTES DE NATATION MOBY JR - AQUA SPHERE

AQUA SPHERE

LUNETTES DE NATATION MOBY JR

À partir de 11€00 
LE CHOIX DU “VIEUX”
LUNETTES DE NATATION KAMELEON JR - AQUA SPHERE

AQUA SPHERE

LUNETTES DE NATATION KAMELEON JR

À partir de 11€50 
LE CHOIX DU “VIEUX”
LUNETTES DE NATATION KAIMAN LADY FUMEE - AQUA SPHERE

AQUA SPHERE

LUNETTES DE NATATION KAIMAN LADY FUMEE

16€90 

Le conseil du Vieux :Pour bien maintenir vos lunettes de natation, n’hésitez pas à passer
votre élastique sous le bonnet de bain


La deuxième épreuve du triathlon :le cyclisme

Pour l’épreuve cycliste en triathlon, il vous faudra :
Un vélo de route*,
Une paire de chaussures de vélo* de tri ou de route,
Un casque de vélo
Et potentiellement un maillot de vélo
si vous ne voulez pas pédaler avec votre singlet mouillé.

*Au Vieux Campeur, nous ne commercialisons pas de vélo,
ni de chaussures de vélo dédiées au triathlon.
En effet, nous préférons proposer du matériel outdoor polyvalent,
c’est pourquoi nos chaussures de vélo sont plutôt multi activités.
Néanmoins, le modèle de chaussures de vélo Kimon TR Mixte de Vaude
s’adaptera parfaitement à un usage vélo de route.


Comment bien choisirson casque de vélo pour le triathlon ?

Pour votre casque de triathlon, il y a deux écoles :

le casque de vélo traditionnel ou le casque de vélo

aérodynamique, spécial course. Prônant la polyvalence, c’est tout naturellement que nos casques de vélo s’inscrivent dans une gamme traditionnelle avec des casques de vélo légers et ultra ventilés.

Les casques de vélo de course sont, la plupart du temps, optimisés pour la vitesse mais moins efficaces en aération.

VOIR TOUS LES PRODUITS

LE CHOIX DU “VIEUX”
CITY I VO CASQUE - UVEX

UVEX

CITY I VO CASQUE

À partir de 85€00 

La tenue de cyclistepour le triathlon : un peu spécifique

Nous l’avons vu, lors de la pratique du triathlon, l’objectif premier est d’améliorer ses performances et son chrono. Vous comprendrez ici tout l’intérêt de s’équiper d’une combinaison trifonction ou d’un ensemble cuissard + singlet.

En effet, arrivé(e)s au parc à vélo, vous devez rapidement enlever votre combinaison néoprène, mettre votre casque de vélo, enfiler vos chaussures voire vos chaussettes et enfourcher votre vélo avant de vous y installer confortablement.

Cette transition doit se faire en un temps record pour ne pas prendre de retard sur vos concurrents.

Petit rappel du règlement : il est interdit de monter sur son vélo tant que vous n’avez pas passé la ligne de sortie du parc à vélo !



Trifonction monopièce, singlet ou maillot de vélo :
à vous de choisir. :

Tout l’intérêt de porter une trifonction, c’est d’éviter, en plus, d’avoir à enfiler des vêtements.

Pour les triathlètes ayant opté pour une trifonction monopièce, rien à faire au niveau de votre tenue de cycliste.

Pour celles et ceux qui ont opté pour un ensemble short et singlet, vous pouvez garder la même tenue tout au long du triathlon

Vous pouvez aussi vouloir troquer votre singlet contre un maillot de vélo sec, surtout si vous avez nagé avec.

Quelque soit votre choix, tous les maillots de vélo sont conçus avec des matières à séchage rapide, respirantes, souples et légères. En synthétique ou en laine légère, en ouverture zippée ou intégrale, nous vous conseillons de vous orienter sur un modèle ultra respirant. En triathlon, la course contre la montre est permanente, votre corps va, en conséquence intensément monter en température.

VOIR TOUS LES PRODUITS

LE CHOIX DU “VIEUX”
MAILLOT ZIP INTEGRAL C3 MELANGE M - GORE WEAR

GORE WEAR

MAILLOT ZIP INTEGRAL C3 MELANGE M

À partir de 66€00 
LE CHOIX DU “VIEUX”
PROTEGE JR MAILLOT - DARE 2B

DARE 2B

PROTEGE JR MAILLOT

À partir de 17€90 
LE CHOIX DU “VIEUX”
MAILLOT ZIP INTEGRAL CERAMICOOL FUJIN LIGHT M - ODLO

ODLO

MAILLOT ZIP INTEGRAL CERAMICOOL FUJIN LIGHT M

À partir de 85€00 

Le conseil du Vieux :Notez que les vêtements en stretch, plus près du corps, sont plus efficaces pour l’aérodynamisme
mais moins respirants qu’un maillot de vélo plus ample.
Il faut choisir votre haut de vélo en fonction de votre ressenti face à l’effort


La troisième épreuve du triathlon :la course à pied

On y est ! C’est la troisième épreuve : le running ! (Ça va, vous êtes encore là, vous tenez le rythme ?)

Nouvelle transition, vous quittez votre monture, vos chaussures et votre casque de vélo pour sauter
dans vos chaussures de triathlon et courir jusqu’à la ligne d’arrivée.

Quel vêtement porter pour courir en triathlon ?

Concernant votre tenue de course, on n’en parle plus, vous avez bien compris que la trifonction s’adapte parfaitement pour toutes les épreuves : c’est vraiment la tenue de triathlon indispensable.

Quelles chaussures de triathlon choisir pour courir ?

Pour l’épreuve de course à pied, pas besoin de matériel spécifique : une bonne paire de chaussures de running, des lacets bien adaptés et c’est parti pour la dernière étape. Il n’existe pas vraiment de chaussures de course à pied dédiées. En effet, la chaussure de tri n’est ni plus ni moins qu’une chaussure de running avec quelques caractéristiques techniques propres : légèreté, dynamisme et possibilité de les porter sans chaussettes.

Comment choisir la bonne paire de running, alors ?

Comme pour tout équipement de sport, le point essentiel est de bien accorder votre matériel à votre gabarit ainsi qu’à votre usage. En effet, même si en triathlon, légèreté et dynamisme de la chaussure sont les deux mots d’ordre, il ne faut pas pour autant négliger votre confort.

Tout dépend de votre gabarit…

un(e) triathlète de gabarit léger peut se permettre de porter une chaussure avec beaucoup de dynamisme et très peu d’amorti, une coureuse ou un coureur de gabarit plus lourd aura d’autres priorités. En effet, vos articulations doivent, toujours, être bien protégées et cela passe par un amorti important de votre chaussure de running.

… et du format de votre triathlon :

Selon le format de votre triathlon les distances de course à pied sont très différentes, entre 3 et 42,195 kms. Plus la distance est longue, plus la chaussure doit être stable afin de limiter les potentiels faux pas liés à la fatigue. Il faut trouver le parfait compromis entre légèreté et stabilité.

Pour étudier plus précisément toutes les caractéristiques techniques des chaussures de running, consultez notre guide pour bien choisir vos chaussures de course à pied


Le conseil du Vieux :

Pour gagner du temps et être sûrs que vos chaussures vous tiennent bien aux pieds, optez pour des lacets autobloquants et à serrage rapide.


Avec ou sans chaussettes ? L’avis du Vieux…

C’est un débat ouvert au sein de la communauté des triathlètes…
En effet, le gain de temps à l’enfilage donne l’envie aux pratiquantes et pratiquants de triathlon de porter leurs chaussures sans chaussettes, aussi bien pour le vélo que le running. Nous désirons attirer votre attention sur les « risques » potentiels qu’il y a à porter des chaussures de course à pied sans chaussettes.

Pendant un effort, quel qu’il soit, vos pieds transpirent, la chaussette permet d’absorber et d’évacuer cette humidité. Ne pas porter de chaussettes, c’est risquer de transpirer plus, vous aurez donc moins de confort, entre autres. En effet, si votre sudation n’est pas évacuée, la peau de votre pied se ramollit (comme lorsque l’on reste longtemps dans le bain). À ce moment-là, la peau est fragilisée. Chaque frottement de votre pied dans la chaussure est un risque potentiel de formation d’ampoules.

VOIR TOUS LES PRODUITS

LE CHOIX DU “VIEUX”
CHAUSSETTES DE TRAIL RUNNING PHD RUN COLD WEATHER - SMARTWOOL

SMARTWOOL

CHAUSSETTES DE TRAIL RUNNING PHD RUN COLD WEATHER

À partir de 19€90 
LE CHOIX DU “VIEUX”
CHAUSSETTES DE TRAIL RUNNING WMS PHD RUN COLD WEAT - SMARTWOOL

SMARTWOOL

CHAUSSETTES DE TRAIL RUNNING WMS PHD RUN COLD WEAT

À partir de 19€90 
LE CHOIX DU “VIEUX”
CHAUSSETTES DE TRAIL RUNNING RU 4 WOOL W - FALKE

FALKE

CHAUSSETTES DE TRAIL RUNNING RU 4 WOOL W

À partir de 19€90 

Le matériel complémentairepour le triathlon

Pour compléter votre équipement de triathlon,
vous pouvez acquérir quelques « accessoires » qui n’en sont pas vraiment :

LE CHOIX DU “VIEUX”
CEINTURE  SMARTBELT SB1 - INTUNE

INTUNE

CEINTURE SMARTBELT SB1

À partir de 17€90 

Une ceinture porte-dossard

Qui doit impérativement avoir 3 points d’attache.

En triathlon, la ceinture porte-dossard est loin d’être un accessoire : en effet, vous n’avez certainement pas envie d’accrocher votre dossard sur votre trifonction, au risque de l’abîmer. La ceinture porte-dossard est idéale pour les épreuves de vélo et de course à pied puisqu’elle doit se porter dans le dos à vélo et sur le ventre en course à pied. Certaines ceintures permettent même de transporter des gels ou barres énergétiques.


LE CHOIX DU “VIEUX”
LUNETTES DE SOLEIL AEROLITE ZEBRA LIGHT CAT 1A 3 - JULBO

JULBO

LUNETTES DE SOLEIL AEROLITE ZEBRA LIGHT CAT 1A 3

162€00 

Une paire de lunettes de soleil

Encore un accessoire indispensable pour le vélo et le running. Les triathlons se déroulent principalement au printemps et en été, il y a donc de fortes chances que le soleil soit de la partie.

Les lunettes de soleil de sport ont, en triathlon, deux fonctions : l’une est de protéger vos yeux des rayons nocifs du soleil, l’autre est de protéger vos yeux d’éventuelles projections ou poussières, à vélo notamment. Les lunettes de soleil de trail et de vélo sont profilées afin d’être bien couvrantes en facial et en latéral. Les montures et les verres sont ultra ventilés afin de limiter la formation de buée pendant l’effort. Enfin, les montures sont munies de grip et patins puissants afin de tenir en place sur le visage même en cas de sudation intense.


LE CHOIX DU “VIEUX”
MONTRE GPS VANTAGE V BLACK PACK HR - POLAR

POLAR

MONTRE GPS VANTAGE V BLACK PACK HR

495€00  549€00 
LE CHOIX DU “VIEUX”
MONTRE GPS FORERUNNER 35  HR - GARMIN

GARMIN

MONTRE GPS FORERUNNER 35 HR

À partir de 129€00  178€00 

Une montre de sport

Enfin, si vous pratiquez assidûment et que vous utilisez statistiques et analyses pour améliorer vos performances, équipez-vous d’une montre de sport pour le triathlon. Pour vous, les montres les plus adaptées sont les montres connectées. Pourquoi ? Elles remplissent à la fois les fonctions de GPS et cardiofréquencemètre. Etant donné le mix des trois épreuves et les parfois longues distances des triathlons, il est toujours intéressant de connaître en temps réel votre vitesse, votre distance parcourue et votre chrono. De plus, la fonction cardio vous indique à l’instant T votre rythme cardiaque : cela vous permet de ralentir si votre FC est trop haute ou au contraire d’intensifier votre effort car vous êtes loin de votre limite max. Etanche et robuste, la montre connectée de sport vous accompagne sur toutes les épreuves du triathlon. Pour les pratiquantes et pratiquants les plus aguerri(e)s, les montres de sport haut de gamme peuvent vous informer sur l’oscillation de votre corps, votre qualité de nage, votre cadence de pédalage, le temps de pose du pied au sol…

Vous l’aurez compris, votre montre de sport est un réel coach sportif, prêt à vous accompagner tout au long de votre triathlon.

Pour tout connaître des montres de sport, retrouvez notre guide de choix complet ici…


Voilà, merci à celles et ceux qui sont arrivés au bout de ce marathon rédactionnel, que nous espérons utile, vous pouvez aller prendre l'air maintenant !