Haut

Blog

Un Paris Givré... Mais gagné !

Partager:

Nous sommes le jeudi 17 janvier, il est 12h30 et autour de la table pour déjeuner nous sommes 5 de la grande famille du « Vieux » dont 3 de la famille De Rorthays : Jacques-Yves (que nous appelons familièrement Jacky) et ses deux fils Aymeric et Ludovic. C’est ainsi, attablées avec la famille de cette mythique « grosse PME » que ma collègue Marion et moi-même, responsables du digital dans cette "Start Up de 75 ans", écoutons Jacky nous raconter le Vieux Campeur comme on raconte une histoire de famille. Il faut dire que la frontière est poreuse entre les deux… Mais nous y reviendrons... Aujourd’hui, Jacky se souvient qu’à la même époque, il y a 36 ans, le Vieux affrétait six cars couchettes pour Les Belles Combes dans le Jura. Retour sur la naissance d’un évènement pas comme les autres : le « Paris-Givré ».

Comme souvent dans l’histoire du Vieux Campeur les grands projets commencent par de petites rencontres. Celui-ci émerge dans la tête de Boris Petroff puis se diffuse dans un de ses papiers où il explique que « Les Parisiens préfèrent les courses populaires aux sprints de 15 km [il fait ici allusion aux Championnats de Paris, ndlr]. Il est vrai qu’1 heure de ski pour 12 heures de car ou de train, ça ne fait pas le compte ». Scandale à la FFS Paris qui le convoque. Mais Boris persiste et suggère de plutôt organiser une course populaire (15, 30 et 45 km) pour les parisiens. Une sorte de championnats de Paris longue distance.... Moins sérieuse que la Progressime du Jura [actuelle Transju, ndlr].

L’idée germe et quelques semaines plus tard Boris rencontre sur sa route (Au Grand Bornand) le responsable ski de fond du plus grand magasin de sport de la région parisienne… le Vieux Campeur : c’est Jean Luc Albouy, qui assure à l’époque la promo de nos magasins. A cette occasion il lui parle de la volonté de son patron, Jacques-Yves De Rorthays, d’organiser une course populaire de ski de fond pour les parisiens.

La magie opère et de retour à Paris, Boris monte une réunion tripartite avec le Vieux Campeur, la FFS et Ski de Fond Mag. La décision est prise d’organiser en 1983 les premiers championnats de Paris (et skieurs des plaines) de ski de fond LONGUE DISTANCE.

Reste encore à trouver un nom, pas trop sérieux… Boris se souvient de son premier semi-marathon parisien (le semi givré de Marly) et suggère “Paris Givré”. L’idée fait l’unanimité !

Tout l’automne 1982 le Vieux Campeur fait la promo du Paris Givré, et à quelques-uns ils distribuent des tracts sur un grand nombre de courses à pieds parisiennes (Paris-Versailles, les 20 km de Paris, etc).

Les Parisiens répondront nombreux au rendez-vous. Jacky se souvient : « On remplissait six cars couchettes, rue des Ecoles devant le magasin du Vieux Campeur.... Nous proposions un week-end tout compris à des prix très modiques dans une ambiance décontractée. » La petite famille De Rorthays prend aussi la direction du Jura : Jacques-Yves, sa femme, Marie-Solange, et leurs enfants embarquent aussi pour la « Paris Givré » avec quelques amis… comme George Salomon.

La première édition en 1983 est un succès. Sur place tout le monde est au même niveau « nous étions là pour skier », adultes confirmés, débutants et enfants ! Jacky se souvient même d’y avoir laissé une épaule une fois : « Je me suis retourné pour voir comment se débrouillait mon fils Ludovic, et je me suis retrouvé par terre, l’épaule a tout pris ». Fin de la journée de ski pour lui mais pas du week-end. Il rentrera à Paris le bras en écharpe en serrant les dents… et remettra ça jusqu’en 1995 !

Retrouvez un très bel article de cette première édition du … « Paris Givré mais Gagné ! » ci-dessous, racontée par Jean-Marie Blot, un skieur du « sporting club SFM ». Et pour en savoir plus, Boris Petroff vous raconte tout sur le site des Championnats de France Masters des Belles Combes.

Commentaires