Le Blog du vieux

Un défi responsable et solidaire en Amérique du Sud : l’expédition Magellan

Partager :

Un voyage pour devenir acteur du changement. C’est ainsi que Willy Magellan définit son projet éponyme : l’Expédition Magellan. Constatant les dégâts quotidiens que l’on fait à la planète, il souhaite susciter une prise de conscience et soulever des débats afin d’opérer de véritables changements. L’objectif ? Convaincre un maximum de gens de passer à un mode de vie plus responsable et aider des structures qui sont déjà dans cette démarche : associations, collectivités et fermes écologiques. Lors de notre rencontre, lorsqu'il préparait son équipement dans nos boutiques, Willy nous en a raconté un peu plus sur son projet et ses motivations...

« Depuis l’âge de 18 ans, je rêvais de connaître le monde… et pas seulement ce qu’on en disait. Mon parcours d’explorateur a finalement commencé au sein du régiment parachutiste de Castres de 2003 à 2008, où j’ai eu l’opportunité d’apprendre à m’adapter à des milieux très différents au travers de nombreuses missions en Afrique. Après avoir goûté à l’aventure, j’ai moi-même entrepris des voyages en Europe et dans le reste du monde où j’ai pu y découvrir d’autres modes de vie… et me rendre également compte qu’il existait d’autres qualités de vie ! »

C’est en Amérique du Sud que l’aventure débutera et prendra fin. Sans aucun moyen de locomotion, si ce n’est ses deux jambes, Willy Magellan va réaliser une traversée du continent de bas en haut le long de la Cordillère des Andes. De la pointe du Chili au nord de la Colombie, en passant par l’Argentine, la Bolivie, le Pérou et l’Equateur. S’il est animé par de véritables convictions, le challenge n’en reste pas moins conséquent. Willy le sait bien et il va suivre un entraînement spécifique – à la fois physique et mental - pour venir à bout de ce périple d’environ 12 000 km.

Pour sa préparation, il décide notamment de passer entre les mains des équipes de Denis Tribaudeau. Le « french expert » des stages de survie en milieu naturel, fort de 20 ans de voyages et d’expériences, a en effet déjà formé plus de 1000 survivalistes durant quelques 730 stages à travers le monde.

Et cela commence avec une première excursion de 3 jours dans le Périgord. Pas de vivres, pas de réserve d’eau, pas de téléphone. Pour savoir faire face à l’imprévu, Willy doit apprendre à créer un abri de fortune, rechercher de l’eau, allumer un feu, fabriquer les outils nécessaires au quotidien mais aussi étudier la topographie et s’orienter en pleine nature.

Une excellente expérience qui permet à Willy de compléter les techniques ainsi que les notions de survie qu’il avait pu acquérir à l’armée. Et de ce stage à la fois pratique et pédagogique, il ressort avec l’envie d’aller plus loin. À peine l'expérience terminée, notre aventurier s’engage ainsi pour un nouveau stage… en Asie cette fois !

Durant cette seconde odyssée, en immersion dans la végétation luxuriante et sauvage du royaume de Thaïlande, les survivalistes en herbe sont plongés dans les conditions difficiles de la marche en jungle. Le côté pratique du stage avec la confection d’objets et le travail d’orientation se confond alors doucement en expérience culturelle, lors de la rencontre avec des villageois habitant sur le parcours. De ce stage, éprouvant physiquement comme mentalement, Willy nous raconte également les moments forts ainsi que les relations qui se nouent avec les autres stagiaires et les instructeurs qui sont de véritables passionnés. Et au terme de cette aventure didactique en Thaïlande, Willy se sent fin prêt pour réaliser sa propre expédition.

« Mon objectif était d'avoir un peu plus d'expérience dans le monde de la survie afin d'être mieux préparé durant mon parcours… qui va surement être rempli d'obstacles ! Durant mon second stage, j’ai eu la chance de passer 4 jours avec Alban Baldacchino, le Président de Panter Group Adventure. Ensemble, nous avons pu effectuer un point sur le matériel – sélectionné avec le Vieux Campeur dans sa totalité - et étudier sur les choix pour l’itinéraire de l'expédition. Je recommande d’ailleurs vivement à ceux qui voudraient mener une telle expédition d'avoir des conseils de spécialistes. Que ce soit dans l'achat du matériel ou les questions de santé avec les médecins, nutritionnistes, ostéopathes et podologues. »

Le départ a ainsi eu lieu ce 21 janvier 2019 de Punta Arenas au Chili. Est-ce que Willy était parfaitement préparé ? Vous pourrez le découvrir en suivant son parcours depuis sa page Facebook ou son compte Instagram ! Et si de son propre aveu il n’est pas possible d’être prêt à 100% - car l’on ne contrôle pas tous les imprévus - nul doute que sa préparation sera un véritable gage de réussite.

Bon voyage Willy !

Top