Haut

Blog

Tout ce qu'il faut savoir sur les blocs de plongée

Catégorie: Conseils pratiques
Partager:

Vous désirez avoir avec vous votre propre bouteille de plongée ? Mais que choisir ? 12 litres monobloc ? 15 ou 18 litres, et pourquoi pas un bibloc 2x10Litres ? 230 bars ou 300 bars en pression de service ? Bloc en acier, alliage en aluminium ou fibre de carbone ? Autant de questions auxquelles nous allons tenter de répondre dans ici !

Qu'est ce qu'un "Bloc" de plongée ?
C'est l'autre nom donné par les plongeurs à la bouteille de plongée. C'est le réservoir qui contient une certaine quantité de gaz comprimé permettant, associé à un détendeur, d'assurer la ventilation d'un plongeur évoluant en scaphandre autonome.

Quels sont les types de blocs ?
En acier, ce sont les bouteilles les plus lourdes dans l'eau et sur terre. L'épaisseur d'acier varie en fonction du mode de fabrication. L'acier comporte un rapport qualité/poid excellent, cependant sa résistance à la corrosion sur le long terme est faible.
En alliage d'aluminium, elles sont plus légères, et sont pratiquement neutres dans l'eau, et ont une meilleure résistance à la corrosion que l'acier. C'est un avantage sérieux lors d'utilisation en milieu tropical ou très salé. Cependant leur durée de vie est plus courte.
En fibre de carbonne sur un squelette en métal, ultralégère et ont une flottabilité positive dans l'eau. Ces blocs possèdent une pression de service à 300bars.

Bi-bouteilles ou monobloc ? Quelle différence ?
La forme la plus couramment trouvé en plongée est le monocylindre, une seule bouteille de plongée portée dans le dos.
Le monobloc est moins encombrant à transporter à bord du bateau ou en voiture et il s'adapte mieux aux attaches des gilets.
Plus accessible et moins chère d'entretien, elles ont le seul inconveignent d'avoir un poid repartie le long de la colonne vertébrale, et peuvent rouler de part et d'autre du dos. Pouvant entrainer une gène.
Le bibouteille présente le gros avantage d'être plus stable dans le dos, il se fait oublier une fois dans l'eau.
En revanche l'entretien, du fait des 2 bouteilles, sera plus cher.

Volume, poid et autonomie ?
Pour une même contenance, un bloc court et de gros diamètre sera plus lourd qu'un bloc long et étroit.
Un bloc plus gros, contiendra une quantité de gaz plus importante, mais sera plus lourd à porter, plus encombrant sous l'eau, demandant plus d'effort ce qui aura au final un impact sur votre consommation.
Cependant, la pression de service (pression à laquelle le bloc est gonflé habituellement) influence grandement l'autonomie même pour des blocs de volumes différents.
Ainsi, un bloc de 12 litres gonflé à 300 bars possède un volume de gaz plus important qu'un 15L à 200 bars. Les capacités les plus courantes sont: 4, 6, 7, 10, 12, 15, et 18 L à 232 b.
Il y a un donc un équilibre à trouver entre poid, volume et consommation.
Le BLOC DE 12L 232BAR COURT ACIER, est l'un des blocs les plus répandu sur le marché Français. Il est peu encombrant, présente un poid de 19,5kg robineterie comprise.
Envie de plongées plus engagées ? Optez pour le BLOC BI 10 L 232B SANS ROB ISO+PIED+CERCLAGE, il offre une grande autonomie, bien plus qu'un mono de 15L habituellement utilisé pour les plongées profonde. Mais comporte un poids et un encombrement non négligeable.
Vous pouvez ajouter un isolateur central permettant de séparer les volumes des blocs.
Enfin le petit bloc de 4, 6 ou 7L aussi appelé "biberon" est tout indiqué pour les enfants par son faible poid pour une autonomie respectable chez Aqua Lung : MONO 6 L 200B ROBINET Z.

Entretien et réglementation ?
En France et plus largement au sein de l'Union Européenne, nos blocs de plongées sont soumis au réglement UE 2014/68 qui concerne la mise à disposition sur le marché des équipements sous pression.
Ainsi, les bouteilles doivent comporter un marquage spécifique sur l'ogive dont voici un exemple :

Entretien de votre bloc de plongée : l'inspection et la requalification
L'inspection périodique ou inspection visuelle à lieu tous les ans.
Il consiste en un contrôle destiné à vérifier que l'état de l'équipement lui permet d'être maintenu en service avec un niveau de sécurité compatible avec les conditions d'exploitation prévisible (extrait de l'arrêté du 27/11/2017).
Une vérification extérieure puis interieure du bloc est opérée.
La requalification périodique est soumise au choix à deux régimes :
1- Le régime général : où on effectue cette opréation tous les ans
2- Et le régime TIV où la requalification n'a lieue que tous les 6 ans à condition que l'inspection périodique soit faite tous les ans.

Les conseils du Vieux
N'hésitez pas à contacter l'atelier plongée d'une boutique Au Vieux Campeur proche de chez vous pour avoir plus de renseignements concernant l'entretien de vos blocs !