Haut

Blog

Sur les plus hautes routes de montagne du monde

Catégorie: Découvertes
Partager:

À bord de notre van aménagé, nous sillonnons les routes d’Eurasie, à la recherche des
plus beaux spots de nature et à la rencontre des locaux. Il y a quelques mois, nous vous
présentions les déserts d’Asie centrale. Notre voyage le long de la Route de la Soie se
poursuit et nous changeons cette fois de décor pour côtoyer les plus hauts sommets du
monde.

En quittant l’Ouzbékistan pour le Tadjikistan, nous empruntons la célèbre et rocailleuse
route du Pamir. Seconde plus haute du monde, après la Karakoram Highway, la route du
Pamir commence par longer la Piandj, cette puissante rivière frontière entre le
Tadjikistan et l’Afghanistan. A chaque virage, notre regard plonge sur la rive d’en face,
où les villages afghans regorgent de vie. Des femmes rentrent des champs avec leur
panier rempli de foin, des hommes enfourchent leur vieille moto sur des pistes taillées
dans la falaise à la dynamite et des enfants s’amusent au bord de l’eau.



Puis les imposants sommets du Pamir se dévoilent enfin à nous sur les hauts plateaux de
l’est du territoire. Nous roulons plusieurs jours à plus de 3500 m d’altitude. Dans ce pays
recouvert à 93% de montagnes, les conditions de vie sont rudes pour les habitants. 3%
seulement de la population tadjike vit dans le Pamir. Crâne de mouflons arborés
fièrement sur le porche des maisons de terre et side-car transportant des moutons :
bienvenu au Far-East !



En basculant côté kirghize après un col à 4655 m, les yourtes entourées de troupeaux se
multiplient au pied du Pic Lénine (7134 m). Nous entamons quelques jours de trek à
plus de 4000 m dans ce massif, pendant lesquels nous sommes boostés au fromage de
yack et au lait de jument fermenté. Les chevaux ici occupent une place particulière, du
ravitaillement des camps de base au jeu du bouzkachi (le « jeu de l’attrape-chèvre »), ils
sont un symbole du pays et nous en croiserons constamment.

Nous avons ensuite rendez-vous à la frontière chinoise où 3 autres camions et motos
nous attendent pour convoyer à travers le Xinjiang et débuter ensemble la plus haute
route du monde : la Karakoram Highway.

Chameaux de Bactriane au pied d’immenses glaciers, voici le cadeau de bienvenu de
cette route mythique qui nous conduira au pied des 8000 comme le K2 (et oui, K pour
Karakoram !). Une fois le poste frontière le plus haut du monde (4693 m) passé, nous
voici au nord du Pakistan. Nous partons à la conquête de sommets encore sans nom
tellement la région reste inexplorée.
À 5300 m, un panorama spectaculaire sur la chaîne, comprenant le Masherbrum, le K2,
le Broad Peak, le groupe de Gasherbrum et le Chogolisa, se dévoile. L’émotion est vive, et
le respect que forcent ces géants marquera nos esprits pour toujours.
Dans nos ascensions, les villages et camps de base que nous traversons nous réservent
un accueil des plus chaleureux. L’hospitalité pakistanaise sans limite bouleverse
complètement nos préjugés sur le pays.

La route du Karakoram sillonne entre plusieurs des 7250 glaciers que compte le pays,
parmi lesquels le Batura, long de 57 km.



La chaîne du Karakoram laisse progressivement place à l’Himalaya et c’est l’imposante
stature du Nanga Parbat (8125 m) qui ouvrira le bal des géants que nous suivrons
jusqu’au Népal. Avec 1/3 des expéditions qui ne reviennent pas, c’est la montagne qui
fait le plus de victimes au monde dans l’alpinisme et lui vaut son surnom de « Killer
mountain ». Et pour cause, en 3h passées à son camp de base, nous avons assisté à 2
avalanches de grande ampleur.



Au Népal, nous longerons des crêtes en contrebas de la majestueuse chaîne de
l’Annapurna pour assister à des levers de soleil au milieu des yaks que nous ne sommes
pas près d’oublier ! Le caractère sacré dont relèvent ces géants de neige et de glace dans
la spiritualité népalaise nous poussera à questionner notre propre vision de la
montagne.



Au pied des géants, nous avons certes été intimidés par leur verticalité. Mais, du
Tadjikistan au Népal, ce périple de 4 mois sans quitter les montagnes nous aura aussi permis d’apprécier l’immense enchevêtrement de ces massifs qui, du Pamir à l’Himalaya, s’étendent sur plus de 3000 km.

Si vous souhaitez voir d’autres photos du voyage, retrouvez-nous sur notre site internet,
Facebook, Instagram, Youtube et Polarsteps !