Haut

Blog

Ski de randonnée et parapente en Russie

Partager:

Kamchatka

Une partie de l’équipe de Au Vieux Campeur Albertville et quelques potes ont testé le ski en Russie… Direction le Kamchatka avec Jessy, Seb, Gaetan, Pascal, Anthony et Tibo !

Jour 1 : nous avons pris l'avion à Lyon. Départ à 00h le 1er avril, direction Moscou, arrivée prévue vers les 5h du matin. Nous profitons de notre escale de 12h pour aller visiter l’hyper centre de Moscou, après une succession de trains et de métros nous arrivons. Nous avons le temps de visiter, de se restaurer et même de faire une tentative de gonflage de parapente, que nous avions dans notre bagage cabine… sur la Place Rouge !

A 16h nous embarquons pour notre second avion jusqu'à Petropavlosk. La traversée jusqu'à cette péninsule prend 8h30, plus le décalage horaire, nous arrivons à destination le mardi à 10h.

Jour 2 : la météo n’est pas fameuse, bruine et ciel couvert, et malheureusement c’est ça au programme toute la semaine…Nous retrouvons Laurent (notre contact sur place qui nous a aidé à gérer toute la logistique depuis la France) et Jora (un local qui travaille avec Laurent et qui conduira la deuxième motoneige). Après quelques courses, nous chargeons les 4x4 avec les remorques pour les motoneiges et les traineaux.

A peine 1h de route plus tard nous arrivons sur le parking, d'où nous partons visiter un secteur autour du volcan Vilioutchinsk (2173m) pour y passer les 7 premiers jours. Une fois les motoneiges chargées de nos affaires dont de la nourriture pour une semaine, nous rejoignons le refuge… avec piscine d'eau thermale à 40°. Le bonheur quand on sait qu'il fait autour de 0° en dehors !

Jour 3 : il a neigé 15-20 cm dans la nuit et il neige encore au réveil. Nous sommes tous excités par les virages en poudreuse qui nous attendent... Nous partons tranquillement dans la matinée pour une rando en forêt à travers les bouleaux. Arrivés 200m sous le sommet, le vent se lève, et nous l'aurons de face jusqu'à la fin de la sortie. Au fil de la matinée, nous remarquons que la neige s'alourdit. En effet à la descente, nous trouvons une neige lourde à la place la poudreuse que nous espérions, tant pis on trace tout droit et à cul !

Jour 4 :  la météo est semblable à la veille au réveil, mais les températures sont plus fraiches. On se motive à aller voir plus loin, après 3/4 heure de motoneige nous arrivons au pied du Villioutchinsk, il neige, la visibilité est mauvaise, bref on est là alors on va quand même monter ! Tant qu'il y a de la végétation, nous avons des repères ! Au fil de la montée le temps s'améliore et nous voyons pour la première fois l'océan au loin. La fenêtre météo ne va pas rester très bonne longtemps, nous devons nous arrêter 700m sous le sommet afin de profiter de la visibilité que nous avons à la descente. Mais le temps d’enlever les peaux, c’est le blanc total, heureusement les profils ne sont pas piégeux et les pentes lisses et régulières. Malgré le manque de visibilité la descente dans une neige plus légère que la veille est agréable !

Jour 5 : jour off. On profite de la piscine au refuge.

Jour 6 : le mauvais temps est toujours là, nous décidons donc d'écourter le séjour sur ce secteur et de passer le week-end en ville (Petropavlosk - 200000 habitants). Le retour à la civilisation en motoneige fut plus chaotique que l'aller. La neige ayant fondu, les ponts de neiges au-dessus des ruisseaux sont fragilisés. Ça ne manque pas, alors que Jora cherche un passage, il disparait soudainement, un pont de neige s'est effondré. Après finalement une heure à creuser et à moufler la motoneige nous finissons par le remonter. Plus de peur que de mal !

Jour 7 : visite de Petropavlosk.

Jour 8 : cette fois ci c'est parti pour le secteur Avatcha, la météo est encore complexe mais on ne se démotive pas ! Comme la première semaine, nous chargeons les motoneiges, cette fois le transfert est plus mouvementé, car le vent glacial nous oblige à enfiler tout le contenu de nos sacs pour se protéger du froid. Nous arrivons au refuge à 800m d'altitude situé entre deux volcans le Koriaksky (3400m) et l’Avatcha (2700m), cette fois ci le confort n'est plus le même : toilettes sèches à l’extérieur, pas d'eau courante, un matelas d'environ 2cm d'épaisseur et un gardien chaleureux comme le climat Russe !

Jour 9 : le beau temps est enfin au rendez-vous malgré des nuages encore assez bas. Sous les conseils de Laurent nous partons dans une combe du volcan Koriaksy pour une belle pente homogène de 1200m à 30° jusqu'à un verrou rocheux. Le temps s'améliore encore, pas de vent, grand beau, vue magnifique, neige poudreuse, et personne en vue... nous sommes comme des dingues !

Devant nous l’Avatcha avec ses fumerolles et derrière le Pacific. On ne va pas s'arrêter en si bon chemin ! Même si Laurent ne connait pas la suite, on décide de suivre un petit couloir qui monte vers le sommet.

On s’équipe de crampons et piolets et c'est parti, 600m plus haut nous sortons du couloir, la pente se couche et s'élargit jusqu'au sommet, il est 15h nous sommes à 800m du sommet.

Comme tout le monde ne se sent pas de terminer la dernière partie sommitale, nous décidons alors de faire 2 groupes. Nous serons 3 à aller au sommet, et nous rejoindrons le reste du groupe dans la descente. A partir de là le vent a bien travaillé la neige, nous préférons terminer en crampons. A 200m du sommet le vent se lève (40-50km/h), les conditions deviennent bien rudes. Après 2-3 photos à se cailler les doigts, nous ne trainons pas à descendre.

Le début de la descente est en neige bien dure, ça secoue les chaussettes sur 800m. Puis la pente s'élargit et c’est 2000m de bonheur en poudreuse. Nous apprendrons par la suite que ce fut apparemment une première par cet itinéraire de montée et surtout une première à snowboard... visiblement beaucoup de lignes restent à découvrir là-bas ! 

Jour 10 : c'est encore une belle journée qui s'annonce. Nous partons pour le volcan voisin, l'Avatcha, 1600m de dénivelé depuis le stop motoneige ! Après une première partie confortable, le vent se lève et la neige se durcit, nous finirons les 500 derniers mètres en crampons et bien habillés, nous sommes aux alentours de -25/-30 en ressenti…

Vivement le sommet que l'on se réchauffe ! Au sommet, nous voilà récompensé, l'ambiance est extraordinaire et très différente : les fumerolles, la chaleur qui s’en dégage, la forme du cratère, la vue, l'étendue sauvage qui nous entoure... tout est fou ! Nous passerons une petite heure au sommet, pour faire une visite des lieux, nous descendons même dans le cratère à pied pour s’approcher des fumerolles et des effluves de souffre. On repasse en mode ski et on attaque la descente d’abord dans une neige béton puis la combe finale nous offre un gros gavage : tout en poudre et en grande courbe !

Jour 11 : Après avoir réalisé nos 2 objectifs de la semaine, nous décidons de monter sur les premières moitiés du volcan pour faire uniquement du « bon ski ». Nous commençons par une première montée, où tout le monde descendra ensemble dans la même combe en conditions parfaites.

Puis pour le reste de la journée, nous ferons 2 groupes. Certains choisissent, de tailler un kicker pour faire de belles images dans ce cadre grandiose.

Alors que d'autres décident de remonter une combe pour s’offrir un vol en parapente au-dessus des nuages, avec le volcan en toile de fond.

Jour 12 : le créneau météo est plus court pour ce jour, avec du beau temps le matin puis une couverture nuageuse en mi-journée. Nous profiterons de cette dernière journée pour être tôt au col et voir le lever du soleil. Il fait bien froid mais la beauté de ce lever de soleil éclipse vite les quelques degrés manquants. Après une montée un peu exposée au vent, nous profitons ensuite d’une belle pause ensoleillée face à l'océan et au volcan avant de redescendre vers le refuge. Le reste de la journée servira à faire les sacs et à rentrer sur Petropavlosk avant de reprendre l'avion le lendemain !

Jour 13 : nous profitons de notre dernière matinée pour ramener des souvenirs et du saumon avant de prendre l'avion pour un trajet de 17h… jusqu'à Lyon.

 

Informations pratiques : 

- vol pour Petropavlosk avec la compagnie Aeroflot, le voyage s'est déroulé sans encombre, les (nombreux) bagages ont bien suivi. Compter 600-700€ pour l'aller-retour depuis Lyon avec escale.

- visa via le consulat de Russie à Lyon. Compter 130€ et un bon mois de délais.

- sur place c'est intéressant de faire appel à un guide car les russes ne parlent pas forcément anglais et l’alphabet cyrillique est bien obscure pour nous autres occidentaux…

- les profils du Kamchatka sont très différents des Alpes, des zones de grands plats précèdent des montées régulières. Sur les 2 volcans que l'on a fait les pentes étaient de 35-40 ° au plus raide pour l'Avatcha et jusqu’à 45°sur le Koriaski avec des couloirs un peu plus techniques.

- les espaces sont tellement vastes qu'en 2 semaines nous avons croisé un seul autre groupe, nous avons fait des premières traces à la montée et à la descente tous les jours.

 

Commentaires