Haut

Blog

Rencontre avec un pisteur-secouriste-artificier

Catégorie: Découvertes
Partager:

Timothé Moniot - dit tim moniot - est pisteur secouriste artificier sur le secteur de la Flégère à Chamonix. SCOTT est partenaire de la Compagnie du Mont-Blanc depuis 4 ans : il nous explique pourquoi et nous donne son avis quant à l’équipement à adopter pour une expérience toujours plus en sécurité de la montagne.

Bonjour Tim, peux-tu te présenter rapidement ?

Je m’appelle donc Tim, j’ai 26 ans, j'ai grandi à Vallorcine et je vis maintenant à Argentiere. Je suis pisteur-secoursite artificier a la Flégère depuis maintenant 6 ans.

J'ai choisi de faire ce métier car il m’a toujours passionné, j'ai grandi avec les récits de secours et d'avalanche que me racontaientt mon oncle qui est pisteur secoursite et chef de secteur au Grand-Montets depuis plus de 20 ans et avant ca mon grand-père a fait partie des premiers pisteurs secouristes à Courchevel, là où tout a commencé.

Cest un métier sans routine qui me permet de me sentir vivant avec diverses tâches telles que la mise en place des pistes, le secours et surtout la sécurisation des pistes avec différents moyens de déclenchement.

Peux-tu nous dire quels produits SCOTT vous utilisez au quotidien dans votre travail de pisteurs secouristes pour la Compagnie du Mont-Blanc ?

Nous utilisons les chaussures de rando Superguide Carbon, les masques LCG Evo, le casque Symbol 2, les bâtons Riot et les sacs à dos AP 30. A titre privé, j’utilise également les skis Scrapper 115.

Comment utilisez-vous ces produits ? Quels avantages vous procurent-ils par rapport à votre travail ?

Je dirais que les traits communs à tous ces produits sont la sécurité, la robustesse et le confort qu’ils nous offrent. Ce sont 3 points essentiels pour nous qui sommes toute la journée sur les skis, quelque soient les conditions météo.

Par exemple, nous apprécions particulièrement le masque LCG pour son changement d’écran rapide qui nous permet d’ajuster la vision selon une météo qui est souvent très changeante. Nous utilisons également depuis longtemps les bâtons SCOTT Riot avec leur grande poignée et manchon en mousse. Cela nous permet de patrouiller et de miner tout en évitant de glisser. Et nous n’en avons jamais cassé un seul !

Qu’en est-il du port du casque ? Avez-vous tous des casques ?

Oui, nous sommes maintenant obligés d’en porter. Le SCOTT Symbol 2 que nous avons est top car il est confortable, léger et hyper ventilé, ce qui a convaincu tout le monde. Ceci dit, l’avantage le plus appréciable du casque est la technologie 360 Pure Sound qui permet de localiser les sons, d’où qu’ils proviennent. C’est primordial dans notre métier !

L’autre équipement indispensable du patrouilleur et de l’artificier c’est le sac à dos. Qu’utilisez-vous et pourquoi ?

Nous utilisons le sac Guide AP 30, à cartouches. Nous ferons bientôt un essai avec les nouveaux sacs Patrol E1 (électriques). Idem que pour les bâtons, ils sont fiables et robustes. Pas un zip qui ait pété en 4 ans. En tant qu’artificier, j’ai eu à tirer les système 2 ou 3 fois, sans problème.

Tu disais que vous utilisiez aussi les chaussures Superguide Carbon… mais ce sont des chaussures de rando ; ça ne pose pas de problème ?

Au contraire, c’est super confortable avec les volume et le débattement qu’elles offrent. On joue constamment sur le mode ski-marche pour nous adapter aux terrains. Elles nous permettent notamment d’arpenter des zones plus rocailleuses 100% en confiance. Et elles sont rigides pour skier quand même.

Avec ton expérience, quels conseils donnerais-tu aux skieurs et randonneurs qui veulent s’aventurer en hors-piste ?

Le point n°1 c’est de se renseigner sur les conditions nivologique et météo auprès des associations et autorités locales avant toute chose. Ces infos sont disponibles ; il faut les utiliser !

Ensuite, l’équipement de base, c’est DVA / pelle / sonde indispensables. Le sac airbag est un vrai plus. Parmi tous les pisteurs qui l’utilisent, il n’y a eu qu’un seul mort – qui n’avait pas eu le temps de le tirer – alors que nous sommes tous amener à le déclencher au moins une fois par saison en tant qu’artificiers.

Plus largement, le casque est indispensable pour se protéger des collisions.