Le Blog du vieux

Les rudiments du ski de rando

Partager :

Si le ski de randonnée est une énigme et que tu pensais qu'il n'y avait que le ski de piste dans la vie, cet article est pour toi !

Prenons les choses dans l’ordre, d’abord, c’est quoi le ski de rando ?

Le ski de randonnée, c’est comme la randonnée en été mais avec des skis et de la neige. Le but en général c’est d’atteindre un col et un sommet sans passer par la case « remontée mécanique ». En haut même topo : pique-nique, pipi et photo ! La descente par contre c’est cadeau : en général t’es tout seul et la neige n’est pas tracée. Avec de la chance tu as même les fesses dans la poudreuse !

Maintenant, tu vas me dire, comment je monte avec mes skis au pied ?

Facile : grâce aux peaux de phoque, en réalité du mohair et/ou du synthétique. Ces peaux découpées sur mesure pour tes skis viennent se coller sous la semelle de ces derniers pour permettre une bonne glisse dans le sens de la montée sans reculer dans le sens de la descente ! Ces peaux ne se collent bien sûr pas sous tous les skis. Pour de la rando tu choisiras un ski plus léger qu’un ski alpin et une fixation permettant de libérer le talon de ta chaussure à la montée… pour « marcher » sur la neige !

Le ski se choisi en fonction de ton programme (ski-alpinisme, compétition, itinérance, priorité à la montée ou à la descente) et de ton gabarit. Grossièrement un ski léger sera confortable à la montée mais peu stable à la descente. Entre les deux extrêmes, toute une gamme de ski  s’offre à toi, pour répondre le mieux à tes besoins !

La fixation, elle, se choisie uniquement en fonction de ton programme. Aujourd’hui la majorité des fixations de ski de randonnée du marché sont à inserts (type Low tech) et compatibles avec toutes les chaussures de ski de randonnée.

Enfin, pour la chaussure, comme pour n’importe quelle activité, le principal critère reste le confort ! Tu auras ensuite le choix entre plus ou moins de maintien en fonction du débattement, de la rigidité, et du nombre de crochets. Le poids d'une chaussure de ski de randonnée, tu le verras, est corrélé au degré de maintien.

Pour faire ton choix dans tout ça, demande toi d’abord si tu vas prioriser la montée ou la descente et dans quelles proportions. Sache qu’en résumé un équipement léger sera dédié à un skieur priorisant la montée à la descente (ski alpinisme, compétition, randonneur pur et dur) alors qu’un équipement plus stable et confortable correspondra à un skieur qui monte surtout pour redescendre et sera forcément plus lourd. Dans ce cas là tu es plus freerando que ski de rando… pour en savoir plus sur la freerando, c'est ici que ça se passe !

Maintenant que t’es équipé, il faut s’y mettre !

Par où commencer ? Deux solutions : s’entrainer en station ou faire appel à un guide. Aujourd’hui avec la démocratisation du ski de randonnée, rien de plus facile, la plupart des stations proposent des itinéraires balisés qui te permettent de monter entre les pistes ! Cette solution présente un double avantage : c’est gratuit et facile d’accès. En revanche si tu cherches le dépaysement et à t’éloigner des stations surpeuplées, un guide reste la meilleure option. C’est également le meilleur choix pour apprendre à évaluer les risques d’avalanche et à te servir du triptyque DVA, pelle et sonde INDISPENSABLE, même en station.

Ah oui, et si t’as peur des avalanches ?

C’est bien ! Il ne faut jamais oublier que le risque zéro n’existe pas. Météorologue, nivologue et guides chevronnés te le diront : la montagne est imprévisible. Alors, en dehors des connaissances théoriques que tu pourras apprendre lors de stage ou avec un guide, c'est l’expérience qui te permettra de mieux appréhender ce risque. Investir dans un sac airbag en plus d’un pack DVA, pelle, sonde c’est aussi s'offrir un peu plus de tranquillité d’esprit, les chiffres de l’ANENA parlent d’eux même !

Et si enfin, tu n’as pas la caisse ?

Il est temps de te mettre au sport ! Renforcement musculaire, course à pied, vélo tout est bon en plaine pour se bruler les cuisses. En station, le kilomètre vertical, est aussi un bon moyen de faire monter le cardio été comme hiver.

Maintenant plus d’excuse pour ne pas chausser tes skis avant l’ouverture des remontées mécaniques !

Photos : Au Vieux Campeur Chambéry


Plus d'articles : "Conseils pratiques"

Comment s'alimenter par – 30 ° C ? Partie 2.

L'alimentation a occupé une place cruciale pendant ces 30 journées de marche en milieu polaire. C'est même ce paramètre qui rythmait nos journées. Imaginez-vous dix heures de marche par jour, 90kg de charge, par -30°C dans un paysage d'infini blanc sans aucune stimulation extérieure. Les pauses repas ou collations représentent alors non seulement une interruption dans la monotonie de la progression, mais également l'un des rares plaisirs de la journée

Comment s'alimenter par – 30 ° C ? Partie 1.

Seulement dix équipages par an tentent de traverser le Groenland d'ouest en est. Le long du cercle polaire, les conditions sont extrêmes et les points de ravitaillement inexistants. Dans un tel environnement, pour continuer d'avancer, l'alimentation joue un rôle déterminant. En Mai 2018, les 5 apprentis aventuriers de la team Engagés partent à l'assaut de ce tracé pour leur toute première expédition polaire. Retour sur leur gestion de l'alimentation dans ces conditions extrêmes...

Comment continuer à randonner avec la neige ?

Cette fois ça y est, on peut le dire : l’hiver est là ! Même si cette année, on vous l’accorde, la neige se fait un peu trop désirée… Mais que faire dans ces conditions lorsqu’on est adepte de randonnée en nature ? Et bien quand le terrain est enneigé, boueux et parfois même gelé… c’est le moment idéal pour sortir vos raquettes ou vos crampons ! Avec nos spécialistes Grenoblois de la rando toutes saisons, tas 2 cailloux, on vous explique tout !

La rando 2.0 pour les filles : comment choisir vos skis ?

Pas simple de concilier style, plaisir et performances à la montagne ? Le Vieux et son équipe ont pensé que quelques petits conseils pourraient vous aider dans le choix de votre équipement. Mais pas n’importe quels conseils ! Quoi de mieux que ceux d’une montagnarde de souche ? Pour vous, nous avons cuisiné Clémentine Junique : fille de gardienne de refuge, monitrice de ski et fondatrice de "Girls to the top", elle se confie à nous avec sa bonne humeur communicative !
Top