Le Blog du vieux

Le projet Badaboum

Partager :

Badaboum, une voie mythique.

Les falaises de Presles dans le massif calcaire du Vercors ont été explorées dès le début des années 1950 . Et depuis près de 70 ans, ce sont des centaines de voies qui ont été ouvertes aux passionnés de la grimpe. Aujourd’hui, Presles en compte plus de 300 sur ses murailles grises, blanches et ocres.

Équipée en 1991 par Bernard Gravier, Jérôme Aussibal et Stéphane Girard, Badaboum est LA voie la plus difficile des falaises de Presles en Isère, haut lieu de l’escalade d’Europe. À l’époque, on parlait d’une ligne absolument futuriste du fait de ses nombreux dévers et colonnettes. Et il est vrai qu’avec ses 12 longueurs - oscillant de 7a à 8a - Badaboum est en effet une voie très impressionnante… même pour les grimpeurs chevronnés !

Mais pourquoi avoir choisi un tel nom ? Bernard Gravier nous raconte les prémices de cette voie mythique : « En nettoyant la deuxième longueur, j’ai découvert une grosse écaille presque moisie que j’ai beaucoup grattée… Mais j’ai d’abord pendulé pour essayer d’accrocher ma corde dans la voie d’à côté et c’est à ce moment-là que j’ai trouvé une vieille sangle qui traînait… Mes pieds ont commencé à zipper (ndlr : glisser) et mon petit doigt est resté coincé dans la sangle. Aïe ! Je suis parti à l'hôpital et je me suis dit : “Toi, la grosse écaille, je reviendrai avec mes copains de spéléo”. Et quelques jours plus tard, parole tenue, on est revenu et on a mis 800 grammes de dynamite… Donc ça a fait “BADABOUM”, on a entendu la détonation jusqu’à la Chapelle en Vercors… ». Et c’est comme ça que la voie a été baptisée Badaboum.

Le projet Badaboum : quésaco ?

Le projet Badaboum est né d’une amitié entre 4 très bons copains originaires de Lyon et vibrant pour la même passion : la grimpe ! C’est l'histoire de Damien, Bastien, Martin et Louis qui ont eu envie de faire un voyage complètement dépaysant à quelques kilomètres de chez eux.

C’est lors d’un voyage aux États-Unis que l’idée du projet Badaboum a vu le jour. Ce n’était pas la première fois que les 4 copains s’envolaient à l’autre bout du monde pour grimper, mais c’est à ce moment-là qu’ils ont réalisé qu’il y avait des défis incroyables à relever... juste à côté de la maison ! Damien, Bastien, Martin et Louis connaissaient en effet très bien les falaises de Presles. Ils étaient déjà venus plusieurs fois faire des croix sur les grandes voies de ces falaises calcaires hautes de plus de 200 mètres... et ce faisant, ils passaient régulièrement au pied de Badaboum. Cette voie mythique, c’était un rêve à accomplir.

Quelques beaux voyages et grandes voies plus tard, ils se décident ainsi à passer à l’action sur Badaboum. Matériel d’escalade au complet, portaledge sur le dos et de quoi tenir quelques jours voire quelques semaines, les amis s'élancent à l’attaque de cette voie mythique. Ils passeront 15 jours sur Badaboum. C’était la première fois qu’ils enchaînaient une grande voie aussi difficile... Damien nous raconte : “Finalement, on ne visait pas tellement la performance sur Badaboum. L’idée c’était plutôt de faire un film de grimpe un peu délirant, partir à l’aventure à côté de la maison, grimper toute la journée, partager ce délire entre potes, dormir sur un portaledge et vraiment profiter du rocher et de la légendaire falaise de Presles!”.

Bilan ? L’aventure Badaboum s’est déroulée à merveilles ! Après deux semaines passées à Presles en paroi à filmer, grimper et manger, les quatres garçons sont assez fiers du résultat : « Aucune embrouille entre nous malgré la promiscuité, de belles images dans la boîte, des sensations nouvelles pour tout le monde, un défi sportif réalisé comme nous l’avions imaginé. On était bien content de cette aventure. Les retours sur le film étaient vraiment positifs alors on s’est dit, pourquoi ne pas remettre ça ? » - poursuit Damien.

Découvrez les images du projet Badaboum. 

Badaboum, la suite…

Eh oui… un deuxième épisode de Badaboum a bien vu le jour ! Mais cette fois-ci, l’équipe a eu plus de mal à se mettre d’accord. Après une première édition aussi riche, il fallait parvenir à se réinventer. Mais comment faire ? Tout changer ? Opter pour une des grandes voies ? Ou plutôt des couennes ?

Ce qui est sûr c’est que les 4 copains voulaient absolument garder certains critères : quelque chose qui sorte un peu des classiques, un rendu esthétique pour le film final et dans le même temps une expérience où chacun d’entre eux pourrait vivre un défi.

Alors pour cette seconde édition du projet, ils ont finalement fait le choix d’un film multi-facettes qui reflète toute la diversité de la grimpe et capitalise sur leurs diverses expériences : grande voie, push, couennes, salle bloc, compète, urban…

L’épisode 2 de Badaboum s’est ainsi déroulé sur 4 parois, symbolisant 4 univers différents :

- Le Verdon incontournable. Mythique. Historique. Un véritable retour aux sources.

- A l’opposé Chamonix. Complexe par son accès, différent de par son escalade en fissure. Des glaciers, de la neige... idéal pour trancher avec les Gorges du Verdon !

- Le Beaufortain. Autre lieu, autre rocher, autre ambiance. Un monolithe souvent méconnu !

- Et pour pour compléter ces paysages, une belle tour de HLM au milieu de Vaulx en Velin : 45 mètres d’escalade sous la bâche qui recouvre le dos de l’immeuble. Spot idéal pour ajouter une dimension urbaine à l’aventure.

Au final, malgré une météo capricieuse lors du tournage, les jeunes lyonnais ont ainsi livré en début d’année le second volet de leurs aventures. Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’ils n'ont rien perdu de leur humour !

Visionnez librement leur reportage sur Youtube.

Un épisode 3 ? On espère bien ! Affaire à suivre...


Plus d'articles : "Découvertes"

Dièdre Rouge du Corno Stella

Symon Welfringer et Xavier Cailhol ont achevé ce qui pourrait bien être la première ascension hivernale libre de la Dièdre Rouge sur la face nord-est de Corno Stella...

Le projet Odysseus 3.1

Odysseus 3.1 c’est l’histoire de passionnés de la richesse et de la diversité de notre monde. Engagés dans la préservation de la nature et garants de l’application des lois internationales liées à l’environnement, ils sont décidés à transmettre leurs valeurs aux générations futures.
Top