Le Blog du vieux

La rando 2.0 pour les filles : comment choisir vos skis ?

Partager :

Pas simple de concilier style, plaisir et performances à la montagne ? Le Vieux et son équipe ont pensé que quelques petits conseils pourraient vous aider dans le choix de votre équipement. Mais pas n’importe quels conseils ! Quoi de mieux que ceux d’une montagnarde de souche ? Pour vous, nous avons cuisiné Clémentine Junique : fille de gardienne de refuge, monitrice de ski et fondatrice de "Girls to the top", elle se confie à nous avec sa bonne humeur communicative !

1- Clémentine, entre la jolie godille ou les grandes courbes pied au plancher, que préconises-tu pour la glisse ?

“Les filles, sachez qu’il y a d’abord les copines tout en finesse, qui sont comme j’aime à le dire « de jolies petites skieuses avec un beau touché de neige ». Leur douceur est un bonheur pour les yeux et un respect rare de la nature. Pour celles-ci, je conseille de ne pas prendre une paire de skis trop grande. Vous pouvez opter pour des skis à votre taille et, quand la marque le propose, préférer un modèle fille ! Je sens monter les revendications, mais il faut savoir de nos jours que beaucoup de marques ne font pas que changer le graphisme des skis, non ! Elles proposent carrément des technologies adaptées à nos morphologies. Bon et puis en toute honnêteté c’est aussi sympa d’avoir des skis que l’on trouve beaux, alors une touche de féminité ça peut compter !

Et puis il y a les copines un peu plus bourrues, avec des cuissots à faire pâlir Body Miller… Si vous êtes ce genre de skieuses, n’hésitez pas à prendre plus grand que votre taille : de 5 à 10 cm, sans problème, selon le shape du ski (ndlr : la forme entière du ski et ses proportions).

Plus on a du rocker (ndlr : relèvement de la spatule en direction du patin, reculant le point de contact ski/neige) à l’avant, c’est-à-dire plus la spatule est grande et la partie des carres qui est en contact avec la neige est réduite, plus on peut se permettre de prendre grand. Avec un rocker important, le ski pardonne les fautes et tolère les mauvaises neiges. Et pour la pente raide... on préfèrera un ski rigide avec peu de spatule.

En tout cas, si vous ne voulez pas faire de record à la montée je vous déconseille de prendre des skis plus petits que vous. C’est une autre époque, les skis ont tellement évolués depuis, ils sont devenus joueurs et malicieux...”

2- Les skis larges pour les femmes, tu valides ou c’est tabou ?

“Comme le mot ski me parle beaucoup plus que le mot randonnée, je vous déconseille de prendre des skis en dessous d’une largeur au patin (c’est-à-dire sous le pied) d’environs 90 millimètres. On parle alors de 90 au patin. Selon moi la bonne fourchette se trouve entre 87 et 105. Il s’agit ici d’une question de rapport poids/plaisir. Et pour une fois dans notre vie, la prise d’un peu de poids va nous rendre bien plus heureuse.

Si vous hésitez entre 85 ou 95 en raison d’une différence de 100g, prenez les 95 ! Là encore les évolutions en termes de légèreté nous permettent aujourd’hui de prendre des skis larges sans trop souffrir à la montée. Si vous avez le budget, privilégiez vraiment une paire de ski désignée pour la rando plutôt que de monter des skis de piste/freeride en rando. Vous êtes ainsi certaines que le fabricant aura fait un effort sur le poids.“

3- Et pour choisir LE modèle qui convient à ta morphologie et à tes pratiques, tu as des astuces ?

“Pas de miracle : un peu comme les chaussons d’escalade, les skis… il faut les skier ! Donc faites des tests avant de faire votre shopping, c’est le meilleur des conseils que je peux vous donner. Et si c’est votre copain qui tombe sur cet article avec la “bonne” idée de vous faire un cadeau, il aura au moins les quelques infos du dessus !

Les marques organisent énormément de tests… et le Vieux Campeur aussi ! Mais attention à ne pas tester vos skis uniquement dans des conditions idylliques. N’oubliez pas qu’en poudreuse tout le monde est champion du monde (dixit Marco Siffredi), et donc que presque tous les skis seront géniaux. Forcez-vous à skier dans de la bonne trafolle’miam (ndlr : une poudreuse déjà bien tracée) sans vous arrêter de haut en bas : c’est là que l’on se rend vraiment compte de la qualité du matériel et de ce dont on a besoin.

À titre d’exemple, je mesure 1m60 (et encore, j’ai mis 60 sur le passeport pour le moral). Eh bien mes skis fétiches sont les Mythics 97 de Dynastar en 171cm. Montés avec des fixations légères avec stop skis je pourrais faire tout mon hiver avec : enseigner, faire de la peuf, du ski de rando, du ski de pente raide... et les admirer pendant des heures. Bref, je les aime d’amour et ils me le rendent bien !

Alors plus d’excuse les filles : on lève le talon à la montée et on vient chercher l’appuis languette à la descente !

À bientôt là-haut.”


Plus d'articles : "Conseils pratiques"

Comment s'alimenter par – 30 ° C ? Partie 2.

L'alimentation a occupé une place cruciale pendant ces 30 journées de marche en milieu polaire. C'est même ce paramètre qui rythmait nos journées. Imaginez-vous dix heures de marche par jour, 90kg de charge, par -30°C dans un paysage d'infini blanc sans aucune stimulation extérieure. Les pauses repas ou collations représentent alors non seulement une interruption dans la monotonie de la progression, mais également l'un des rares plaisirs de la journée

Comment s'alimenter par – 30 ° C ? Partie 1.

Seulement dix équipages par an tentent de traverser le Groenland d'ouest en est. Le long du cercle polaire, les conditions sont extrêmes et les points de ravitaillement inexistants. Dans un tel environnement, pour continuer d'avancer, l'alimentation joue un rôle déterminant. En Mai 2018, les 5 apprentis aventuriers de la team Engagés partent à l'assaut de ce tracé pour leur toute première expédition polaire. Retour sur leur gestion de l'alimentation dans ces conditions extrêmes...
Top