Haut

Blog

Damien et Symon dans la face Nord de l'Eiger

Partager:

Damien : "Nous sommes en Mai 2020 à la sortie du premier confinement et il me tardait de pouvoir taquiner de nouveau le rocher pour faire des photos. L’un des premiers shootings que je réalise est avec Symon W. et Manon B. tous deux grimpeurs de haut niveau. Nous nous retrouvons à la Saume pour 2 jours, dans un cadre magnifique. En parlant de nos futurs projets, Symon me parle de Paciencia et d’un itinéraire d’escalade en face Nord de l’Eiger. Cette face me fait rêver depuis toujours, tant par son histoire que sa prestance. Cela faisait quelques années que j’avais l’envie de faire des photos dans ce cadre mythique, mais faute de grimpeurs motivés ce projet n’avait jamais vu le jour. Une occasion en or pour moi, je saisis donc l’opportunité et nous fixons la date à fin Juin. Les conditions météo sur l’Eiger sont complexes et la fenêtre de grimpe est très courte. 2 mois seulement et nous savons en réalité que cette face n’est grimpable que quelques jours sur cette période. Il va donc falloir être réactif et prêt à partir à tout moment.

Fin Juin arrive, la météo est très mauvaise, la face est trop mouillée. Nous repoussons le projet à début Juillet, puis mi-Juillet, puis fin Juillet et pour finir début Août. Mais le sort s’acharne, nous sommes frustrés, cette année personne n’a encore posé les chaussons sur ce merveilleux calcaire. Ayant un projet vidéo me prenant une bonne partie du mois d’août, nous décidons tout de même de nous retrouver au pied de la face nord durant la dernière semaine. Nous verrons bien si notre patience paye !

Nos projets personnels se terminant, nous nous retrouvons donc fin Août à Grindelwald, petite ville Suisse montagnarde, se trouvant au pied de l’Eiger. Les nuages restent accrochés sur cette montagne, personne n’y a encore mis les pieds car la face était détrempée de Juin à Août. Nous apprenons que Jacopo Larcher et Barbara Zangerl viennent tout juste d’accéder au pied de la paroi. Ils devraient y rester 5 jours afin de repérer Odyssée, et d’y installer des cordes statiques pour que leur photographe puisse les suivre lors de leur ascension record. Nous les appelons afin de connaître l’état du rocher, ils nous informent qu’il y a des cascades d’eau dans tous les sens. Le moral est au plus bas, forcément déçus nous cherchons des plans de secours mais en vain. Nous voulons Paciencia ! Nous décidons alors de tenter notre chance, le départ est prévu à 4h du matin le lendemain."

Symon : " Après avoir attendu les bonnes conditions pendant tout l'été, nous avons finalement réussi à nous lancer dans ce chef-d'œuvre ouvert par Stephan Siegrist et le regretté Ueli Steck.
"Parmi les voies rocheuses les plus exigeantes des Alpes", selon David Lama, cette voie semblait aussi belle qu’engagée.

Des nos jours l’actualité de l’Eiger ne s’écrit plus dans les lignes de mixtes du centre de la face mais les nouveautés sont principalement des voies rocheuses en bordure droite allant de 200 à 900m, et pour cause, le calcaire y est d’une qualité exceptionnelle. C'est d’ailleurs assez incroyable de voir la différence de qualité du rocher entre la voie classique « Heckmair » avec de nombreux passages en rocher douteux et la beauté du calcaire sculpté dans les parties les plus raides de ces grandes voies d’escalade. Quelques années auparavant, j’avais pu parcourir la classique Deep blue sea 7b+, 350m et déjà j’avais été émerveillé par la qualité de ce rocher. Depuis ce jour, j’ai toujours souhaité faire une des voies plus longues et plus dures comme Paciencia.

En 2003, le grand maitre défunt de l’Eiger, Ueli Steck vient à bout de l’ouverture de « la voie la plus dure de la face nord » (à l’époque, maintenant Odyssée a encore haussé le ton d’un cran en 8a+, 900m) avec Stephan Siegrist : Paciencia, est née, « lescalade se déroule sur des murs raides avec des sections surplombantes et principalement sur petites prises », sur le calcaire soit lisse soit fragile de l’Eiger."

Damien : " La pression monte, je n’ai pas beaucoup dormi, un mélange d’excitation et d’anxiété. Le passif de la face Nord de l’Eiger est lourd et je sais que je vais devoir m’exposer. Nous marchons dans la fraicheur de la nuit, ça fait du bien n’étant pas un grand adepte des hautes températures. Après une bonne heure de marche d’approche, nous arrivons enfin par un petit tunnel, au pied de cette paroi majestueuse. Nous y sommes ! Nous sommes pressés d’en découdre ! Nous découvrons avec plaisir et étonnement que la face a séché durant la nuit, plus de cascades, plus une goutte d’eau non plus. Symon part le premier, nous le rejoignons ensuite. J’utilise les quelques stats déjà en place pour ne pas perdre de temps. La difficulté dans ce genre de projet en tant que photographe, est d’être capable de suivre les athlètes, sans les retarder, en faisant de bonnes images et en maximisant ma sécurité. La grimpe étant suffisamment énergivore pour Symon et Nils, je ne peux absolument pas être un boulet. La stratégie dans ce cas, sera de shooter seulement les longueurs non enchaînées à vue. Le premier fixera ma corde statique et je me hisserais afin de me positionner pour prendre les clichés qui m’intéressent. Ce process se répétera tout le long de cette magnifique paroi, pendant 900m.

Nous passerons 2 jours le long de cette paroi avec un bivouac à mi-parcours et un bivouac au sommet de l’Eiger. 2 jours de pur bonheur, agrémentés de petits coups de stress lié à l’exposition, de rire, de belles photos et d’une cohésion d’équipe incroyable. Je me suis éclaté comme jamais dans le vide, avec plusieurs centaines de mètre de gaz. Symon et Nils ont été grandioses et ont su venir à bout des 24 longueurs, grâce à une belle complicité. "

Symon : " Toutes les 24 longueurs demandent une certaine concentration, en particulier les 7a / b particulièrement engagés avec de mauvaises protections. D'autre part, les longueurs clés en termes de cotation n'étaient pas si complexes à comparer à d'autres longueurs de niveau inférieur (un des 7b+ qui vaut bien 8a). Mais toute la voie, de la cheminée en 6a au 8a sur règles, offre une des plus belles escalades sur calcaire que j'ai pu parcourir.

Bien sûr, le rocher est mauvais dans certaines sections faciles mais dans les plus durs, je pense que c'est l'un des plus beaux calcaires d'Europe que nous avons ici.

Ravi d'avoir partagé cette expérience avec Damien Largeron qui s’en est sorti à merveille durant ces deux jours pendus à sa corde statique et qui a réalisé des clichés incroyables. "

Damien : " Quel bonheur pour moi d’être le témoin privilégié d’une telle performance. C’est sûrement pour cela que j’adore participer à ce genre de projet, car la réussite repose sur énormément d’entre aide, de bienveillance et d’histoires incroyables. Immortaliser ces instants me semble important et je remercie Symon de m’avoir intégré au projet. Il faut être fou pour emmener un photographe dans cette face ! "