Haut

Blog

Comment se préparer pour une expédition en haute montagne ?

Catégorie: Conseils pratiques
Partager:

Les vacances arrivent bientôt et vous avez envie de vous challenger ? C’est le moment de partir quelques jours en haute montagne pour déconnecter et vivre des moments intenses. Mais pour profiter à fond de votre expédition, il va falloir vous préparer un minimum en amont ! Condition physique, état d’esprit et matériel : voici les quelques conseils du “Vieux” pour une expérience en haute montagne réussie !

La préparation physique

Une bonne préparation physique est indispensable pour se lancer à l’assaut des sommets. Il faut en effet pouvoir tenir le rythme, avec plusieurs heures de marche journalières dans un environnement rude où l’oxygène est plus rare. Pour bien se préparer, l’idéal est de réaliser à la journée quelques randonnées en altitude ponctuées de dénivelés qui permettront de travailler votre endurance. Si vous avez le temps avant votre départ, nous vous recommandons également de pratiquer du VTT ou du trail en montagne, pour préparer votre système cardio-vasculaire et votre capacité respiratoire dans des conditions plus intenses. En vous habituant à ce type d’efforts, la marche vous semblera plus simple le moment venu !

La haute montagne va également mettre à rude épreuve votre résistance au portage. En partant pour une expédition de quelques jours, votre sac à dos de montagne ne sera clairement pas le plus léger. Entraînez-vous donc durant vos marches à porter un sac à dos de randonnée bien rempli pour vous mettre en condition !

L’état d’esprit

La haute montagne requiert un certain calme et une bonne maîtrise de soi pour que l’expérience ne vous laisse pas des souvenirs mitigés. Là-haut, les conditions météorologiques sont parfois imprévisibles : pluie, orage, vent violent, brouillard… Vous n’êtes presque jamais à l’abri d’une surprise ! D’ailleurs, pour éviter le vent et les orages d'altitude qui éclatent généralement en fin de journée, il est souvent conseillé de partir dans la nuit. Et cette marche sur terrain accidenté uniquement éclairé par votre lampe frontale peut s’avérer angoissante pour certains aventuriers. À cela s’ajoute pour certains le fameux “mal des montagnes” causé par une mauvaise oxygénation du corps qui entraîne maux de tête, nausées, vertiges… Bref, la haute montagne demande de la préparation et un certain conditionnement ! Mais pas de panique, il existe des solutions pour que tout se passe bien. Pour commencer, avec l’entraînement physique que nous avons déjà évoqué, vous aurez fait 50% du travail. Un stress de moins ! Ensuite, s’il s’agit de votre première expédition et que vous avez un peu d'appréhension, il vous suffit de sélectionner un parcours relativement court dans des zones fréquentées. Vous aurez alors l’occasion de croiser d’autres sportifs qui vivent la même expérience que vous, ce qui sera à la fois motivant et rassurant. Mais le mieux, si vous êtes débutant et que vous n’avez pas des explorateurs chevronnés dans votre groupe, c’est encore de vous reposer sur un guide. Rien de plus rassurant que d'avoir quelqu’un avec soi qui connait le coin comme sa poche et qui peut vous rebooster en cas de petite démotivation !

L’équipement pour la haute montagne

Vous êtes motivé et prêt à partir ? Tant mieux, on passe à la partie matériel ! Pour commencer, procurez-vous un topoguide de montagne pour vous familiariser avec votre destination. Il vous donnera une idée de la nature et des éventuels dangers du terrain, ce qui vous permettra d’adapter votre parcours et de réfléchir en amont aux étapes que vous pourrez effectuer.

Ensuite, il vous faut des vêtements de montagne capables de résister aux conditions climatiques parfois extrêmes en altitude. Pour cela, rien de tel que la technique du “multicouche”. On commence par les sous-vêtements thermiques qui gardent la chaleur émise par votre corps tout en évacuant la transpiration. Par-dessus, on ajoute une polaire stretch pour accompagner vos mouvements tout en vous isolant du froid. La troisième et dernière couche est celle qui protège à la fois du vent, de la neige et de la pluie. Pour cela on privilégie des vestes ou blousons techniques, composés d’une membrane (type membrane Gore-Tex) située entre la doublure et le tissu extérieur, qui apporte imperméabilité, robustesse et respirabilité au vêtement. En hiver, lorsque les conditions météorologiques sont rudes, un surpantalon et une veste hardshell sont recommandés. En été, une softshell pourra faire l’affaire. Les extrémités du corps étant également exposées au froid, des sous-gants en synthétique ou en laine, complétés par des gants de montagne coupe-vent et déperlants sont indispensables pour protéger vos mains. Même chanson pour le bonnet : sous-bonnets ou sous-cagoules glissés sous un bonnet en laine, en synthétique ou en polaire sont impératifs la plupart du temps !

Votre sac à dos de montagne, quant à lui, doit transporter tout votre matériel sans vous déséquilibrer… Un challenge relevé par les sacs longilignes, robustes et ergonomiques, spécialement conçus pour l’environnement de la haute montagne. La ceinture ventrale permet de dégainer votre matériel - type mousquetons, dégaines, cordes - rapidement, tandis que d’autres fixations sont disponibles pour les bâtons et piolets sur l’avant du sac à dos. D’autres accès rapides latéraux ou dorsaux permettent également de glisser les sondes avalanche et le sifflet, par exemple. Avec des volumes oscillant généralement entre 20 et 50 litres selon votre ascension et sa durée, vous pourrez facilement glisser des vêtements de rechange, du matériel de camp comme un réchaud gaz, et tout le nécessaire pour vous assurer une sortie réussie.

Avec tout ça, vous êtes normalement prêt à partir ! Mais avant de vous élancer, pensez tout de même à jeter un œil à la météo. N’hésitez pas non plus à demander conseil à votre guide, ou aux gardiens de refuge que vous avez repéré. Ils vous donneront des indications fiables, basées sur leur connaissance du terrain.

Bonne ascension !