Haut

Blog

Au Vieux Campeur, les sportives donnent de la voix !

Partager:

C'est en 1975 que l'Organisation des Nations Unies a officialisée la Journée internationale des femmes le 8 mars. Une journée pour mobiliser en faveur des droits de la femme et de leur participation à la société, mais aussi une journée pour fêter les victoires et les acquis ! Car du chemin, on en a parcouru : dans la vie politique, dans la sphère économique… mais aussi dans le domaine du sport !

C’est un temps que les moins de vingt ans, fort heureusement, ne peuvent pas connaître. Et pourtant. Pendant longtemps, les femmes étaient mises de côté dans le sport professionnel. En 1963, il n'y avait aucune licenciée de football en France... car les femmes n'avaient tout simplement pas la possibilité de jouer au foot en club. Avant 1999, une femme qui enfilait des gants de boxe dans une salle n’en avait pas vraiment « le droit ». Depuis, les mentalités ont évoluées et l’accès au sport pour les femmes s’est banalisé dans un grand nombre de disciplines.

Mélanger les genres et affirmer la place de la femme dans le sport, c’est aussi le credo chez Au Vieux Campeur. Et dans nos boutiques, nos expertes prennent depuis longtemps la parole pour échanger avec les clients autour de leurs disciplines favorites. Il faut dire que l’on a la chance d’avoir parmi nous des sportives passionnées... et passionnantes ! À commencer par ces filles de la montagne qui n’ont pas froid aux yeux. C’est le cas de Manon à la boutique de Grenoble, que vous pouvez retrouver en été au rayon camping et en hiver au rayon snowboard : “J’ai la chance d’être originaire de La Grave, La Meije plus particulièrement de Villar d’arène où j’ai pu profiter toute ma jeunesse et encore maintenant des trésors qu’offre le parc des Écrins et des alentours. C’est mon terrain de jeu préféré !”. Lorsqu’elle n’est pas en train de descendre les pistes dans les Hautes Alpes, elle continue ainsi de faire son travail d’évangile pour la montagne “C’est un réel plaisir de conseiller dans ces deux rayons et d’accompagner les clients dans leurs futurs voyages à l’autre bout du monde ou dans leurs choix de planches pour dévaler les pistes en hiver”.

Un engouement pour les cîmes que partage Cécile d’Albertville : “Je prends de la hauteur dès que je peux, que ce soit pour aller faire du ski de fond, du ski de rando, marcher ou courir. Toutes les météos m’enchantent, le calme feutré de la neige ou la musique clinquante de la pluie. J’aime le partage de ces moments de plein air, au gré des 4 saisons, le jour ou la nuit. J’apprécie le calme qu’on y trouve et les rencontres qu’on y fait.”.


Et ce n’est pas Angélique, du village de boutiques à Lyon, qui lui donnera tort : “J’aime la nature, la montagne surtout, tout ce qui peut me permettre de prendre un peu de hauteur, car c’est toujours plus joli là haut”. Mais la passion d'Angélique c'est avant tout la course à pied et quand elle ne peut pas courir en pleine nature c'est en ville qu'elle s'exprime.

Pour certaines, cette addiction aux sommets enneigés et au sport va engandrer un changement de vie radical. Anne, que vous retrouverez au magasin de Chambéry, a quitté la région parisienne après 20 années en tant qu'ingénieur en informatique… pour tenir un gîte dans les Alpes du sud et assouvir ses envies de hauteur. Un véritable virage à 180°c. Après avoir profité pendant 5 ans de tous les bonheurs de la montagne - trail, randonnée, vélo, ski sous toutes ses formes, raquettes - elle s’installe à Aix les Bains. L’occasion de vivre une deuxième passion, celle de la course à pied. Et même si Anne est une coureuse chevronnée (marathon,100km, trail et ultra trail notamment) elle confesse sans retenue que son bonheur “n’est pas vraiment dans le chrono mais dans la découverte des paysages, et dans le fait de parcourir les chemins tout simplement. Le plaisir de se dépasser physiquement aussi, et de voir jusqu'où notre corps peut aller, et dieu sait s'il peut aller loin, très loin”. Ce week-end, durant la journée internationale des femmes, vous pourrez d’ailleurs la voir courir sous les couleurs du Vieux Campeur le 46 km du Trail du Ventoux !

Et lorsqu’elles ne descendent pas les montagnes à pied ou à skis, nos sportives sont également nombreuses à les gravir. Comme Emeline, vendeuse technique à Paris, passionnée d’escalade : “J'ai beaucoup de projets en grandes voies à réaliser pour cette année : dent de Crolles, Le mont aiguille, la dibona… et pour ça, je m'entraine 4 fois par semaine en salle et dès qu’il fait beau en extérieur”.

Une histoire d’homonyme peut-être, car sa consoeur Emeline - de la boutique d'Albertville cette fois - confesse la même appétence pour la grimpe “Je fais du ski de rando, du snowboard, du vélo, de la course à pied, du kayak...mais mon activité favorite c’est l’escalade !”.

Une sportive multi-facette, comme Chloé à Lyon qui alterne entre windsurf, ski et montagne suivant les saisons.

Pourquoi choisir ? C’est ce que pourrait dire Emeline, de Grenoble. Après avoir chaussé très tôt les skis, durant sa jeunesse en famille dans les Vosges, elle va enchaîner les compétitions de ski de fond et biathlon. Mais notre sportive hyper-active ne s’arrête pas là : “En dehors du ski, je pratique également le hockey sur glace depuis quelques années avec l'équipe des Brûleuses de Loups de Grenoble. Et l’été, je troque mes planches et mes patins contre mon VTT et mon vélo de route à la découverte de nouveaux environs. D’ailleurs, même si je préfère l'eau à l'état solide, j'apprécie tout de même les balades en paddle ou canoë. Et comme tout bon Grenoblois qui aime la nature, impossible de ne pas aller en montagne pour une randonnée !’”.

D’un autre côté, nous avons aussi des sportives plus exclusives. Pour Barbara, à Massy, c’est “le vélo, sous toutes ses formes”. Avec son premier VTT (acheté au Vieux Campeur, dès les années 90 !) elle va passer des sorties entre copains au cyclo-camping, avec des expéditions à travers toutes l’Europe et même en Amérique… avant d’aboutir comme une évidence à la compétition. À partir de là, les titres s’accumulent. Pour n’en citer que quelques-uns : Ex-Record du Monde féminin du sprint 200m, record du Monde féminin de l’heure et record du Monde des 100 miles en vélo caréné, quadruple championne du Monde et triple championne d’Europe en vélo couché ou encore championne de France piste FFC.

De son côté, à Paris, Lauriane donne tout dans le running. Ce qui n’était pas forcément évident dès le début : “Fille d’un papa coureur de l’extrême, je n’étais pourtant pas un poil sportive.[...] Plutôt fêtarde et fan de mon canapé, les randonnées d’été en famille ce n’était pas pour moi.”. Le déclic va intervenir un peu plus tard : “Vers mes 27 ans, j’ai voulu m’inscrire dans une salle de sport. Mon papa m’a regardé avec de grands yeux « achète toi une bonne paire de running et va courir dehors, ça te coûtera moins cher ».”. A partir de là, Lauriane va conjuguer au féminin l’addiction familiale pour la course à pied. “En mai 2015, mon papa me lance un défi. Partir faire un raid de 125 km en 5 étapes au Vietnam alors que je courais tout juste 10km à ce moment là”. Un défi qu’elle relèvera haut la main, après une année d'entraînement intense.

Et depuis ? On ne l’arrête plus ! Des 10km, une qualification aux championnats de France de semi marathon en 2018, le marathon de Paris en 2019. Une véritable révélation pour Lauriane pour qui le sport a tout changé : “Notre corps à la possibilité de nous faire vivre de magnifiques aventures, alors profitons en. Vivons, Dépassons nous, lançons nous des défis plus fou les uns que les autres.”. Un message universel qui conclut parfaitement cette journée, et nous offre l’occasion de vous souhaiter à toutes et à tous de fabuleuses aventures sportives !