C'est pour ?
Vous voulez faire...

SlackLine



La slackline : d’où vient cette pratique très en vogue ?

La pratique de la slackline consiste à progresser sur une sangle, de plusieurs mètres de long (15 à 30 m pour une utilisation classique), tel un funambule à en moyenne entre 30 et 80 cm du sol. Une pratique dont l’origine, dit-on, viendrait des grimpeurs du Yosemite, dans les années 1980. Cette activité, excellente préparation à l’escalade, permet d’améliorer son équilibre, son gainage, son sens de l’engagement et représente un excellent moyen d’atteindre la plus grande concentration. La slackline ne demande pas beaucoup de matériel ; la sangle est tendue entre deux points d’ancrages robustes tels que des arbres, poteaux, pieux à ailette pitons… Afin de progresser, le « slacker » doit effectuer des mouvements variés : marche, équilibre statique, appui sur un pied, demi-tours, assis, couché, sauts…


Tout savoir sur l’installation de la slackline en fonction de l’environnement

La meilleure place pour installer votre slackline est entre deux arbres matures, avec un tronc d’au moins 60 cm de circonférence. Afin de ne pas abîmer l’arbre, ni vos sangles, pensez à utiliser des protections adaptées et suivez bien le guide d’installation. Notez que pour des questions de sécurité, la slack doit impérativement être la plus horizontale possible.

Si vous n’avez pas d’arbres, ou autres objets, aux alentours, sachez que vous pouvez tout de même installer votre slack selon plusieurs méthodes. La première option consiste à utiliser des pieux ; il s’agit de la solution optimale en l’absence d’arbres ou de points d’attache de votre slack : idéal pour une pratique comme à la plage, ou dans votre jardin. Parfois, les lieux publics (gymnases, stades, parcs) dans lesquels vous pratiquez la slack sont équipés de points d’ancrage sortant du sol ou autres, il est possible de les utiliser à condition que ces ancrages supportent les tensions d’une slackline et soient explicitement indiqués pour cette activité. Enfin, sachez qu’il est possible, avec un seul arbre ou autre objet, d’accrocher votre slack en combinant en 2ème point d’ancrage, l’une de ces techniques.


Comment bien manipuler ma slackline pour l’installation et la désinstallation ?

A l’installation, il vous faut veiller à ce que votre ligne soit parfaitement à plat lors de son passage dans le cliquet et bien penser à la pré-tendre pour éviter un amas de sangle dans le système de tension, au risque de la bloquer. On préfèrera mettre le cliquet à l’envers (poignée vers le bas) afin que tout le poids aille bien dans le sens de la gravité (cela évite le retournement perpétuel du cliquet et de faire vriller votre sangle). Faites attention à bien être dans l’axe du deuxième point d’ancrage avant de tendre la slack. Enfin, gardez une distance raisonnable entre l’arbre et le cliquet ; si ce dernier est trop loin du point d’ancrage, vous risquez alors de vous réceptionner dessus, de vous blesser et de le fragiliser.

Pour désinstaller le cliquet, tirez sur la petite manette intérieure (clé de verrouillage) pour la débloquer puis sur le levier principal jusqu’à ce qu’il soit complètement ouvert/déplié. Cela peut parfois être difficile de l’ouvrir si la sangle est fortement tendue, alors n’hésitez pas à tirer un peu plus fort. Vous entendrez un claquement lour, ce qui est tout à fait normal (plus la slackline sera tendue, et plus le claquement sera sec). Vous n’avez maintenant plus qu’à tirer la sangle hors du cliquet.


Signalez votre slackline dans votre environnement de pratique.

Dans les lieux publics, la fréquentation environnante ne permet pas toujours de pouvoir tendre une slackline sans la signaler. Pour éviter tout accident, rendez-la visible aux yeux de tous, balisez au sol ou accrochez de simples rubans colorés, ce qui ne gênera en aucun cas votre pratique mais sera beaucoup plus sécuritaire. Enfin, pour votre sécurité, pensez toujours à nettoyer le sol sous votre slack : cailloux tranchants et débris en tout genre sont souvent cause de blessures. Pensez aussi à mettre en place un Backup : une cordelette d’environ 7mm de diamètre qui viendra vers le tour d’un des deux ancrages et passant dans le cliquet afin de sécuriser l’assemblage en cas de rupture d’un des éléments.


Top